Lire aussi

Maroc : les sports urbains se féminisent

« Fonder une école dédiée aux sports urbains », c’est cela le rêve de la rolleuse marocaine, Ibtissam Issofi. Cette dernière, a compris, bien assez tôt, la nécessité d’un tel établissement, pour encadrer les jeunes…

Joyce Azzam : Une Libanaise au sommet du monde

Joyce Azzam n’a pas choisi d’être alpiniste. « Cela s’est simplement fait ». Elle est la première femme libanaise et l’une des rares femmes arabes à avoir relevé le défi des 7 Sommets (Escalader les…

Enfin une médaille chez les coureuses arabes aux JO
Une médaille historique a été remportée par l’athlète bahreïnie Kalkidan Gezahegne, dans la course de 10 000 m, aux Jeux olympiques de Tokyo. Ainsi, elle offre à son pays, le Bahreïn, sa première médaille de ces JO. C’est aussi la quatrième médaille d’une athlète féminine arabe participant à ces olympiades, après l’or et deux bronzes, qui ont été remportées par les championnes olympiques égyptiennes.
Credit Photo: Javier SORIANO / AFP

Le Bahreïn a attendu l’avant-dernier jour pour décrocher sa première médaille dans ces Jeux Olympiques. Le Comité olympique de Bahreïn s’est appuyé sur le 10000 mètres et le marathon pour rattraper ce qui a été perdu dans d’autres sports et épreuves, et remporter au moins une médaille dans le sport auquel des budgets importants ont été alloués, afin d’atteindre les résultats souhaités. 

La star bahreïnie, Kalkidan, était au rendez-vous et a terminé la course en 29 minutes 18.56 secondes, six secondes derrière la médaillée d’or, la néerlandaise Sifan Hassan. La surprenante bahreïnie aurait pu obtenir de meilleurs résultats lors des épreuves de course, sachant qu’elle a réalisé de meilleurs chiffres cette année.

Aucune autre athlète arabe n’a participé à cette course, seule Kalkidan Jizahigen représentait la région MENA. Au cours de sa carrière sportive, la championne bahreïnie a remporté la médaille d’or aux Jeux asiatiques de 2018 en Indonésie, sur les distances de 1500 mètres et 5000 mètres.

Cependant, l’athlète de trente ans n’a participé à aucune des courses de 1500 mètres et de 5000 mètres, aux Jeux olympiques de Tokyo, et s’est contenté du 10 000 mètres.

D’autres athlètes bahreïnies ont participé à d’autres courses longues distances, mais elles n’ont pas réussi à atteindre les résultats attendus par un large segment d’observateurs sportifs de la région MENA, en particulier dans la catégorie marathon. Cette catégorie, sur laquelle la politique sportive du Bahreïn s’est concentrée ces dernières années afin de hisser le drapeau de Bahreïn dans les événements sportifs internationaux.

L’athlète Eunice Chebichii Chumba, s’est classée septième au marathon, avec une différence de chrono de 2 minutes 16 secondes sur la première place. L’athlète aspirait à obtenir l’une des médailles colorées de la compétition, d’autant plus qu’elle s’est classée deuxième au marathon lors des Jeux asiatiques de 2018 en Indonésie.

En revanche, l’athlète bahreïnie Tejitu Daba, qui s’est classée 12ème dans le 5 000 m aux Jeux Olympiques de Londres en 2012, n’a pas terminé le marathon. Elle, qui s’était pourtant bien classée dans plusieurs courses internationales, notamment le marathon de Sydney en 2019, où elle était arrivée troisième, et le marathon de Pékin en 2018, dans lequel elle s’est classée quatrième.

Au Maroc, le public a été déçu par le niveau de ses athlètes lors de ces JO. Sa seule consolation a été la victoire de l’athlète Sofiane Bakkali, qui a remporté une précieuse médaille d’or. La marocaine Rkia El Moukim, a terminé à la 56ème place lors des épreuves du marathon.

L’athlète, qui a terminé la course en 10’40’’2, ce qui est considéré comme son meilleur temps cette année, était à 13 minutes des trois premières places.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email