Lire aussi

Maroc : les sports urbains se féminisent

« Fonder une école dédiée aux sports urbains », c’est cela le rêve de la rolleuse marocaine, Ibtissam Issofi. Cette dernière, a compris, bien assez tôt, la nécessité d’un tel établissement, pour encadrer les jeunes…

Joyce Azzam : Une Libanaise au sommet du monde
Joyce Azzam n’a pas choisi d’être alpiniste. « Cela s’est simplement fait ». Elle est la première femme libanaise et l’une des rares femmes arabes à avoir relevé le défi des 7 Sommets (Escalader les 7 montagnes les plus hautes au monde). Cela fait maintenant 16 ans qu’elle a commencé et elle n’est pas près de s’arrêter…

 

L’aventure a commencé en 2005 par de simples randonnées entre amis, lorsqu’elle était encore étudiante au Liban. Le sport était salvateur pour sa santé mentale, elle qui a souffert de dépression et d’anxiété pendant ses études d’architecture.

En mai 2007, Joye décide d’escalader le mont Liban (3088 mètres), ce qui marquera le début de sa passion pour l’alpinisme.

« C’était très intéressant, j’ai dû affronter mes peurs surtout quand je grimpais en premier et que je devais fixer les cordes. ». Joyce est tombée amoureuse du sport de manière générale. « J’ai commencé à faire du vélo à 24 ans seulement. Je n’ai jamais pu le faire plus jeune à cause de la guerre civile au Liban… Je déménageais souvent et je vivais dans des bunkers donc faire du sport était un peu compliqué… ».

Mais ce sont les montagnes qui attirent plus pour Joyce. La randonnée et l’alpinisme et rien d’autre. « Les montagnes me motivent. J’ai l’impression de m’y retrouver seule avec moi-même… ».

Le début de l’alpiniste

Les débuts de Joyce n’étaient pas simples, entre la difficulté à comprendre comment utiliser les équipements et les nuits dans les tentes à la merci de la nature… Sa stratégie était de commencer petit en s’aventurant dans des montagnes « moins techniques » sur des périodes courtes.

« L’Everest m’a personnellement pris 57 jours. Je ne pouvais pas commencer directement par un tel sommet ! ». IL a fallu commencer par des randonnées au Liban puis les Alpes. « On m’appelle la tortue de la montagne ! J’y vais doucement mais sûrement, je porte mon sac, soit ma maison, sur mon dos et mon pays dans mon cœur. Je commence petit pour avoir une expérience et m’en sers pour viser plus gros ! », explique l’alpiniste libanaise.

Joyce Azzam -Top of the world

« Escalader le Mont Everest n’était pas simple comme épreuve. J’y ai passé 57 jours et rester aussi longtemps loin des gens que l’on aime n’est pas simple… Mais lorsque j’y étais, je vivais le moment présent et je savais que chaque moment là-bas était un cadeau », raconte Joyce Azzam.

Pourtant, les choses n’ont pas toujours été simple pour la jeune alpiniste. « Quand j’ai commencé, personne ne me soutenait. Ma mère me disait à chaque fois quand je revenais à la maison « soit une fille », parce que je rentrais couverte de boue. Pour elle je perdais mon côté féminin en étant dans la nature et c’était blessant pour être honnête. Je ne comprenais pas pourquoi une fille ne pourrait-elle pas faire de la randonnée ou de l’alpinisme ? C’était très frustrant… » raconte-t- elle.

Joyce Azzam, Himalayas, jump

« Nous sommes 5 frères et sœurs, je suis le numéro 4 et mon frère George est le numéro 3. Il me coachait depuis mes 13 ans et me poussait à pratiquer du sport puisque je souffre du syndrome d’hypermobilité. Il m’a donc aidé à me muscler et m’a beaucoup aidée au niveau mental. J’ai entendu beaucoup de choses qui m’ont fait pleurer et douter de moi-même, mais j’ai continué. Je n’ai rien à prouver à personne, je réalise mon rêve », ajoute Joyce.

Le regard de la famille a changé quand Joyce a réussi son ascension de l’Everest. Ils sont désormais fiers d’elle jusqu’à encourager sa nièce à prendre le même chemin : « Je perçois les changements dans leur regard, leur comportement. Lorsqu’ils parlent à ma nièce ils lui disent « tu seras forte, une championne comme ta tante Joyce ! » et c’est vraiment énorme comme changement ! ».

Le challenge des 7 sommets

Joyce a commencé son défi en 2012. Atteindre les 7 plus hauts sommets du monde, à savoir, l’Everest, l’Aconcagua, le Denali, le Kilimandjaro, le mont Vinson, le Puncak Jaya (ou le mont Kosciuszko) et l’Elbrouz.

Joyce Azzam- Denali, Alaska

A la fin de l’année 2013, elle en avait déjà fait 3, mais a dû faire une pause pour reprendre ses études. Joyce avait obtenu une bourse auprès de l’université Sapienza à Rome et qu’elle souhaitait obtenir son Doctorat. « Obtenir mon doctorat faisait aussi partie de mes rêves. Alors j’ai mis en pause ma carrière d’alpiniste pour obtenir mon doctorat. J’ai repris lorsque je préparais ma thèse en 2017 ».

Et en deux ans, la boucle était bouclée. Joyce a fini en beauté son challenge, avec l’ascension de l’Everest en 2019. Tout au long de ces dernières années, elle dit avoir appris beaucoup de choses qu’elle veut transmettre désormais. « J’ai réalisé mon rêve et maintenant je veux inspirer les autres et je pense avoir une responsabilité envers la jeunesse libanaise, mes amis et ma famille », nous confi-t-elle.

L’alpiniste libanaise a encore d’autres défis à relever. Joyce veut désormais réaliser le Grand Chelem des explorateurs. L’aventurière qui a déjà atteint la cime des 7 sommets, veut désormais atteindre le pôle Nord et le pôle Sud. Ce défi a été relevé par trois femmes jusqu’ici : une Norvégienne, une Britannique et une Américaine. Ce qui ferait de Joyce Azzam, si elle arrive à atteindre son but, la première femme arabe et seulement la 4ème femme à le réaliser.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email