Lire aussi

Maroc : les sports urbains se féminisent

« Fonder une école dédiée aux sports urbains », c’est cela le rêve de la rolleuse marocaine, Ibtissam Issofi. Cette dernière, a compris, bien assez tôt, la nécessité d’un tel établissement, pour encadrer les jeunes…

Joyce Azzam : Une Libanaise au sommet du monde

Joyce Azzam n’a pas choisi d’être alpiniste. « Cela s’est simplement fait ». Elle est la première femme libanaise et l’une des rares femmes arabes à avoir relevé le défi des 7 Sommets (Escalader les…

L’haltérophile libanaise Mahassen Hala Fattouh bar des records à Tokyo
C’est la première haltérophile femme à avoir représenté le Liban pendant les Jeux Olympiques. Elle n’a peut-être pas décroché de médaille mais elle a battu un record national. Mahassen Hala Fattouh est satisfaite de son passage à Tokyo, et les Libanais aussi.
Credit photo: Luis ACOSTA / AFP)

C’était dimanche dernier que Mahassen Hala Fattouh a réalisé l’impossible. Elle s’est hissée à la troisième place de son groupe B de -76kg. Avec un arraché (snatch) de 93kg et un jeté épaulé (clean & jerk) de 124kg, elle est arrivée neuvième au classement général. Elle ne décrochera pas de médaille mais elle a battu son propre record et le record national libanais. 

La dernière fois que le Liban a gagné une médaille olympique en haltérophilie, c’était aux jeux olympiques de 1972 à Munich. C’était alors un homme, Mohamed Tarabulsi, qui avait remporté la médaille d’argent dans la catégorie poids moyen. 

C’est d’ailleurs ce qui avait motivé Mahassen à représenter le Liban, elle qui est née aux États-Unis. Elle était alors très excitée de se rendre à Tokyo mais ne ressentait aucune pression. Elle avait seulement hâte de s’y rendre et d’y représenter son pays d’origine.

Mahassen espérait seulement réussir ses levées de poids sans se soucier de remporter ou pas une médaille « bien qu’une médaille serait super ! » nous disait-elle avant son départ. 

« Je suis tellement excitée, je n’ai pas arrêté de sourire. J’ai eu une compétition formidable. J’ai battu mes propres records en jeté épaulé, et finalement j’ai fini classée 9ème ! J’ai donné le meilleur de moi-même et j’espère sincèrement que j’ai rendu le Liban et les femmes libanaises fièrs », déclarait Mahassen à Taja à la fin de la compétition.

A 31 ans, Mahassen avait déjà représenté le Liban à plusieurs autres compétitions régionales, panarabes et continentales et s’était classée première en Asie et 12ème au classement mondial. Elle qui souhaitait faire une bonne compétition et battre ses propres records est parvenue à faire les deux.

Quant à l’après Tokyo, la priorité de Mahassan Hala Fattouh est de profiter de sa famille et de se reposer mais elle ne renonce pas à son rêve olympique pour autant. « Pour l’avenir, on verra. Mon but est de continuer et d’espérer avoir une opportunité de gagner une médaille pour le Liban aux JO de Paris24. J’espère aussi qu’on aura une équipe d’haltérophilie complète qui représentera le Liban à ces prochains JO » nous confiait l’haltérophile libanaise. 

 

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email