N°2 : Juillet – Décembre 2021
Lire le magazine en langue arabe

Lire aussi

ألاء السعيدي

Tunisie : capitale mondiale du tennis de table

Quelques heures nous séparent du coup d’envoi du championnat du monde 2022 de tennis de table féminin. Pour la première fois, la compétition se déroulera dans un pays nord-africain. La capitale tunisienne abritera le tournoi,…

Académie Hadaf : les Saoudiennes au cœur de la politique sportive
Ces dernières années, les Saoudiennes se sont fortement impliquées dans le mouvement sportif féminin. Cet engagement s’inscrit dans la lignée de la stratégie d’ouverture de l’Arabie Saoudite. En effet, en 2017, le royaume a officiellement autorisé aux filles la pratique du sport dans les écoles publiques. Depuis, plusieurs femmes ont créé des associations sportives féminines, notamment l’Académie Hadaf, qui a pour but de promouvoir la culture du football féminin dans la ville de Djeddah.
Académie Hadaf

Détentrices de la licence C pour la formation d’entraîneuses, et accompagnées par la sélectionneuse de l’équipe nationale saoudienne de football, l’Allemande Monica Staab, des femmes saoudiennes ont décidé de créer une académie de football pour filles et garçons U-12. C’est avec confiance et détermination qu’elles s’appliquent à transmettre, aux enfants de Djeddah, les bases du football.

« Cela fait longtemps que l’idée de créer une académie de football et de devenir entraîneuse me titille. Avant, une telle perspective semblait impossible. Lorsque j’ai obtenu ma licence, ce rêve m’est revenu et s’est exaucé à la suite d’une rencontre avec des amies avec qui j’ai fondé l’académie à l’été 2022 », explique Nour Al-Hafid, présidente de Hadaf.

L’école de football saoudienne est ouverte aux filles à partir de l’âge de 4 ans. Trente joueuses s’y sont inscrites depuis son lancement, il y a quelques mois. Aujourd’hui, le personnel de Hadaf Academy compte dans ses rangs deux coachs femmes et trois administratrices qui placent les inscrits au cœur de leur mission.

Al Hafid précise dans ce sens : « Notre objectif à court terme est de mettre sur pied une équipe féminine pour les 12 à 18 ans ». Par ailleurs, la présidente de l’académie fait part à Taja Sport de son intention visant à multiplier le nombre des équipes féminines, afin de participer aux compétitions. Pour l’heure, Nour Al-Hafid concentre ses efforts sur l’édification d’une équipe féminine, qui intègrera le championnat saoudien dès l’année prochaine.

Ainsi, l’académie saoudienne nourrit de grandes ambitions en matière de football féminin, en dépit du manque d’aide et de fonds financiers, qui attendent toujours d’être débloqués. « Nous n’en sommes qu’au début et nous négocions avec le secteur privé en vue d’un partenariat dans les prochains jours, afin de promouvoir le football dans la ville de Djeddah », affirme Al Hafid.

Nour Al-Hafid
Présidente de Hadaf

La formation, tremplin des coachs féminins

Les activités et stages organisés par les fédérations sportives saoudiennes au profit des femmes du pays ont contribué à l’émergence d’une société civile sportive féminine. Il existe de nombreuses académies et initiatives sportives créées par des femmes au sein des associations éducatives ou d’autres organisations du royaume. Citons à titre d’exemple le mouvement Haraka et la Jeddah United Academy.

Selon Nour Al Hafid, ancienne joueuse du Djeddah Eagles, « les Saoudiennes sont assoiffées de formations aussi bien théoriques que pratiques, pour enrichir leur culture et leurs connaissances footballistiques. Une sélectionneuse se doit d’être bien informée, surtout lorsqu’elle s’occupe des juniors. Il est important de leur apprendre les bonnes bases ».

En mars 2022, 17 Saoudiennes ont obtenu la licence asiatique d’entraîneuse « B », dans la capitale Riyad. Le stage a été coanimé par la sélectionneuse de l’équipe féminine saoudienne, Monica Staab et sa consœur néerlandaise, Marie Cooke Williamson. Pour rappel, la formation a été organisée par le Département du football féminin en coopération avec le Comité technique de la Fédération saoudienne de football.

Nour Al-Hafez recommande aux Saoudiennes d’investir les programmes de formation, pour entamer leur carrière d’entraîneure dans les meilleures conditions. Elle dit à ce sujet : « Nous souhaitons obtenir d’autres licences, qui nous permettront de nous impliquer davantage dans la politique des sports féminins menée dans le royaume. D’autre part, nous voulons entreprendre plus d’action et lancer de nouvelles d’académies sportives féminines à Djeddah et sur tout le territoire d’Arabie Saoudite ».

Dans le même ordre d’idées, Lamia Ben Bihyan, directrice du département de football féminin, estime essentielle l’existence de femmes saoudiennes détenant des diplômes avancés dans le domaine de l’entraînement sportif. Elle assure : « Cela nous sera très utile dans les clubs et les centres de formation régionaux. Le savoir et l’expérience qu’elles transmettront aux joueuses leur permettront d’améliorer leurs compétences techniques ». Avant d’ajouter : « En finalité, cette montée en compétences profitera aux équipes nationales féminines saoudiennes ».

En conclusion, la dynamique qui s’opère dans le royaume aujourd’hui, grâce au recouvrement des femmes de leur droit à exercer le sport, semble offrir aux Saoudiennes de nouvelles perspectives et la promesse d’une génération d’athlètes féminines, qui marqueront l’histoire de la péninsule arabique. Dans le football, outre la ligue féminine saoudienne en plein essor, les académies viennent asseoir le football féminin saoudien dès le plus jeune âge.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email