Lire aussi

Maroc : les sports urbains se féminisent

« Fonder une école dédiée aux sports urbains », c’est cela le rêve de la rolleuse marocaine, Ibtissam Issofi. Cette dernière, a compris, bien assez tôt, la nécessité d’un tel établissement, pour encadrer les jeunes…

Joyce Azzam : Une Libanaise au sommet du monde

Joyce Azzam n’a pas choisi d’être alpiniste. « Cela s’est simplement fait ». Elle est la première femme libanaise et l’une des rares femmes arabes à avoir relevé le défi des 7 Sommets (Escalader les…

Amal Ismail : Ma place est sur le terrain, pas derrière un bureau
L’émiratie Amal Ismail a commencé sa carrière médiatique dans le sport en 2007, mais elle a parcouru beaucoup de chemin depuis. Son intérêt pour le sport a commencé dès l’enfance, lorsqu’elle regardait des matchs sportifs sur le petit écran, aux côtés de son père. Elle considérait le commentateur sportif tel un magicien qui éblouit les fans par ses paroles.

Amel Ismail considère que la voix des commentateurs sportifs qu’elle écoutait étaient sa porte d’entrée vers le monde du sport. « J’étais proche de mon père et je partageais ses centres d’intérêt. Par conséquent, j’ai suivi de nombreux matchs sportifs avec lui. J’aimais chez les commentateurs l’effet qu’ils provoquent chez le public. « Mon intérêt pour le sport, sa terminologie et ses règles, a commencé dès mon plus jeune âge », nous explique Amal.

Les débuts dans un monde masculin

Quelques années plus tard, Amal deviendrait, à son tour, journaliste sportive dans une société qui n’avait pas l’habitude de voir une femme couvrir des événements sportifs. « Je me souviens d’avoir couvert le championnat continental en Arabie saoudite en 2009. J’avais une carte de couverture médiatique mais je n’étais pas autorisée à entrer sur le terrain parce que j’étais une femme. Mais le vrai début pour moi sur le plan professionnel a été la couverture de la Coupe du Golfe de 2010 au Yémen. Quand je suis entrée dans le centre médiatique, des collègues ont pensé que j’étais perdue.  » Certains d’entre eux sont même restés derrière moi pendant que j’écrivais pour s’assurer que c’était bien moi qui écrivais les articles ». Des souvenirs qu’Amal raconte avec le sourire même si elle a connu des moments difficiles à cette époque-là.  » Je suis allée couvrir un événement sportif, et me suis retrouvée au centre de l’attention. De nombreuses agences ont écrit sur ma présence là-bas. Cette expérience au Yémen a été la plus étrange et la plus difficile de ma vie professionnelle, mais elle m’a permis d’avoir plus de confiance en moi. »

Son père a été le premier à soutenir Amal dans ses débuts et à l’aider à surmonter toutes les difficultés.

« Mon père était soutien, il m’accompagnait à de nombreuses manifestations et s’asseyait avec le public, mais il était toujours proche de la plateforme médiatique. »

Concernant la rareté des femmes dans le domaine du journalisme sportif, Amal dit que la raison est parfois due aux femmes journalistes qui préfèrent travailler derrière un bureau plutôt que de se rendre sur le terrain. « J’ai accompagné l’équipe nationale des Emirats Arabes Unis dans de nombreuses manifestations sportives, et j’aime cette mobilité dans mon travail. J’ai même refusé la direction du service sportif d’un média pour rester sur le terrain. »

L’intérêt d’Amal pour le sport a dépassé les limites des médias traditionnels : la journaliste émiratie a suivi des cours de formation en arbitrage footballistique et en droit du sport, non pas pour exercer un nouveau métier, mais pour se former. « Mon objectif est de renforcer mes capacités en tant que journaliste sportive. Je ne veux pas donner un avis qui ne soit pas basé sur une réelle connaissance des règles et des lois du jeu. Donc je dis toujours que je suis une arbitre en sursis. »

Le professionnalisme et la carrière d’Amal Ismail lui ont permis de remporter le prix Sheikha Fatima Bint Mubarak de la meilleure journaliste sportive du monde arabe. « Je considère ce prix comme une grande responsabilité, ce qui m’encourage à ne jamais abandonner et à soutenir les autres étudiantes pour les motiver à entrer dans le domaine sportif. »

En ce qui concerne les commentaires sportifs, qui sont encore l’apanage des hommes dans de nombreux pays de la région, la journaliste émiratie explique : « Il y a des commentatrices dans la région du Golfe, mais elles ne travaillent que dans le cadre de championnats féminins non retransmis. Le problème est que les chaînes ne leur font pas confiance pour leur permettre de commenter les matches masculins. « .

En ce qui concerne le rôle que le sport peut jouer dans la vie de toute femme, Amal dit : « Le sport n’est pas seulement une question de perte de poids, de compétition ou de combat. Le sport est bien plus que cela. Pratiquer l’activité sportive est bon pour notre santé physique et psychique. Une fois j’ai réalisé un reportage sur le sport dans les prisons et comment les activités sportives peuvent jouer un rôle pour réhabiliter une personne ».

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email