Lire aussi

Salma, la cavalière du désert

Salma, la cavalière du désert

En Arabie Saoudite, l’élevage de pur-sang arabes et la pratique de l’équitation demeurent des activités ancestrales. Néanmoins, rares sont les femmes qui osent monter à cheval… Salma, une cavalière d’origine franco-marocaine, est l’une de ces…

Championnat du monde de tennis de table : une arbitre issue de la région MENA

L’Omanaise Aisha Said Rashid Al Saidi figure parmi les arbitres sélectionnées aux Championnats du Monde Jeunes de tennis de table, qui se tiennent actuellement en Tunisie. C’est à l’université que la pongiste décide de poser sa raquette pour embrasser une nouvelle carrière dans l’arbitrage. En devenant l’une des premières femmes arbitres du Sultanat d’Oman, Aisha ne pensait pas que son sifflet retentirait un jour, pour lancer des compétitions régionales et internationales.
حكمة

Aujourd’hui, elle est la seule femme arbitre de la région Afrique du Nord et Moyen-Orient (MENA), à participer aux Championnats du Monde Jeunes de tennis de table. C’est dire le manque de représentativité des femmes arbitres dont souffre le tennis de table dans cette partie du monde. Mais depuis 2018, Aisha Said Rashid Al Saidi est l’exception qui marque les esprits puisqu’elle s’impose en pionnière. Consciente des enjeux et de l’importance de sa réussite pour les autres femmes arbitres, l’Omanaise entend s’affirmer au plus haut niveau, lors de ces Championnats.

« Après chaque compétition, nos performances d’arbitrage sont soumises à évaluation par les juges-arbitres. C’est l’étape la plus stressante dans le cadre de notre métier. Tous les arbitres redoutent ces évaluations », explique-t-elle. Les Championnats du Monde actuels sont l’occasion pour elle d’obtenir la validation de la commission d’arbitrage et de confirmer sa place parmi les meilleurs arbitres. Elle l’a déjà démontré en novembre dernier, en officiant au Championnat international de tennis de table en Égypte.

Dans le cadre du Championnat en cours, aucun détail n’échappe à l’œil d’Aisha, qui supervise plusieurs confrontations par jour. « La concentration est cruciale en tennis de table. Si je veux évoluer et mener une excellente carrière, je dois redoubler d’efforts pour atteindre les plus hauts niveaux de performance en la matière. Je côtoie de brillants arbitres masculins et féminins qui m’aident beaucoup. J’ai la chance de pouvoir apprendre de leur expérience », indique-t-elle.

Tunisie : capitale mondiale du tennis de table

Rien à envier aux autres !

Selon Aisha Said Rashid Al Saidi, les jeunes femmes de la région MENA n’ont rien à envier aux autres arbitres féminines, sur le plan technique. D’un autre côté, elle estime que ces dernières ont surtout besoin de soutien et que les responsables développent davantage le tennis de table dans la région, comme c’est le cas au Sultanat d’Oman. « Le président du Comité des arbitres de la Fédération d’Oman, Mohammad Al-Jassasi, a toujours appuyé et motivé les arbitres omanais, avant les tournois internes et externes. C’est important », souligne Aisha.

Désormais, la jeune arbitre rêve de faire son entrée dans la cour des grands. Elle ambitionne de prendre part aux Championnats du Monde des séniors. Et pourquoi pas les Jeux Olympiques de Paris, en 2024. Aisha Said Rashid Al Saidi a fait ses débuts dans l’arbitrage de compétitions locales, après avoir effectué un stage organisé par la Fédération omanaise. Au fil des années, ses multiples expériences l’ont conduite à représenter son pays dans des tournois internationaux. Après 4 ans d’activité, elle obtient le badge bleu d’arbitre international et devient une icône de l’arbitrage dans la région MENA.

Championnat du monde de tennis de table : une arbitre issue de la région MENA

Plus d’une corde à son arc

Aisha n’a toujours pas fini de nous surprendre ! En plus du tennis de table, l’Omanaise arbitre également des rencontres de futsal. En effet, celle-ci a même été sélectionnée en 2022, pour le Championnat d’Asie de l’Ouest Dames, en Arabie Saoudite. Et là encore, elle a su s’imposer parmi les meilleurs arbitres de la discipline. Mais pourquoi avoir choisi le futsal ?

En réalité, le football féminin n’est pas encore pratiqué en extérieur à Oman. C’est pourquoi Aisha a entrepris de se spécialiser dans l’arbitrage de futsal féminin. En mars 2021, le sultanat a lancé le championnat de futsal féminin, dans lequel Aisha officie en 1re division. La compétition compte plus de 40 arbitres pour 22 équipes féminines.

Comme dans le tennis de table, l’ambitieuse arbitre omanaise souhaite faire ses preuves dans le futsal, pour arbitrer au plus haut niveau.

« N’abandonne jamais tes rêves », telle est la devise qui anime Aisha Said Rashid Al Saidi depuis maintenant, plus de 10 ans.

 

Twitter
Email
Facebook
LinkedIn
Pinterest