Lire aussi

رانيا الصقلي تتوج ببطولة المغرب لركوب الأمواج

Ranya Squalli sacrée championne du Maroc de surf

Comme d’habitude, la star du surf marocain, Ranya Squalli, continue de briller dans les compétitions auxquelles elle participe. Cette fois-ci, elle a remporté le championnat du Maroc dans la catégorie féminine Senior, qui s’est déroulé…

Dalia Nasr : la première joueuse de basket-ball professionnelle transférée à l’étranger (Merkato)

La basketteuse et coach de 21 ans, Dalia Issam Nasr, a quitté son club Gaza Sporting, pour rejoindre les Saoudiennes du Flig FC dans le Championnat de la Ligue saoudienne de basket-ball féminin. Elle devient ainsi la première basketteuse palestinienne à pratiquer ce sport en dehors des territoires palestiniens.
Dalia Nasr
Dalia Nasr

L’entraîneuse des catégories poussins, juniors et des personnes à mobilité réduite du Gaza Sports Club, se lance dans une expérience inédite en Arabie Saoudite. Une telle initiative fait la fierté de la Palestine. Les exploits de la jeune femme seront suivis et vivement attendus par son public et les amateurs de basket-ball dans son pays.

Depuis quelques temps déjà, le basket-ball est de plus en plus populaire parmi les Palestiniennes, dont l’intérêt croissant pour ce sport a ouvert la voie à des progrès significatifs en la matière, comme la fulgurante ascension d’Amira Ismail, la première femme arbitre palestinienne. Le même cheminement Dalia Nasr, l’a connu en devenant la première professionnelle à jouer en dehors des territoires palestiniens. À ce sujet, elle confie à Taja Sport : « J’assume une grande responsabilité. Avec mon transfert vers la Ligue saoudienne de basket-ball féminin, je suis devenue la première femme sportive à avoir signé un contrat professionnel hors des murs de la Palestine. Je voudrais prouver que les femmes palestiniennes sont dotées de compétences sportives sans pareil, non seulement en basket-ball, mais aussi dans d’autres sports. En fait, les femmes palestiniennes talentueuses sont nombreuses. Elles sont, malheureusement, peu représentées, du fait de l’assiégement de nos territoires, et nous ne pouvons suffisamment les exposer au monde entier. 

Cette expérience me permettra de démontrer que la femme palestinienne a l’ambition d’évoluer sportivement ». 

La jeune joueuse ne s’imaginait pas passer en pro si rapidement. Au plus profond d’elle-même, elle croyait que la persévérance finirait bien par porter ses fruits, mais pas si vite. A noter que les réseaux sociaux ont, certes, joué un rôle crucial dans toute cette démarche !

« Les négociations avec le Flig FC ont démarré l’année dernière, en septembre. Ils m’ont d’abord repéré et observé grâce à des vidéos qui affichaient mes performances et qui étaient diffusées sur les réseaux sociaux. Leur choix sur moi s’est confirmé, lors du tournoi de basket-ball de Tokyo (un championnat dans la bande de Gaza). Au cours de cette compétition, les journaux locaux ont rapporté quelques-uns des résultats que j’ai obtenus, avec mon équipe. Après cela, le Flig FC m’a contactée et m’a fait part de son désir de signer un contrat avec moi », relate Dalia Nasr. 

Dalia Nasr : la première joueuse de basket-ball professionnelle transférée à l'étranger (Merkato)
Dalia Nasr

Comme il s’agit de sa première expérience professionnelle, Dalia s’est fixée des objectifs à court et moyen termes : « Mes objectifs avec le Flig FC consistent en une qualification, pour moi, pour les phases finales de la Ligue saoudienne de basket-ball féminin. Avec la grâce de Dieu, je ne décevrais pas mon club et nous atteindrons, ensemble, les sommets. Mon projet sportif est de retourner sur le terrain dans la bande de Gaza, une fois mon contrat actuel avec le club saoudien expiré. Je suis engagée avec eux pour une saison et je compte acquérir l’expérience nécessaire pour l’avancement de mon ancien club, le Gaza Sporting, avec qui je partagerais mes compétences nouvelles. Il est probable aussi que j’accepte d’autres offres pour jouer dans d’autres équipes, mais j’appartiendrais toujours au Gaza Sporting Club ».

Dalia et toutes les autres jeunes femmes sportives sont confrontées à des défis particuliers dans ce pays. Il n’en reste pas moins que c’est dans l’adversité que les héroïnes révèlent leur talent exceptionnel. A ce propos, la première basketteuse professionnelle palestinienne indique : « Le sport féminin en Palestine progresse, malgré l’état de siège et les défis auxquels nous faisons face.  La détermination des joueuses, de plus en plus nombreuses, et la multiplication des équipes, offrent une belle dynamique de développement du sport féminin dans notre pays. On ne peut pas garder éternellement les bras croisés, sous prétexte de la détérioration des conditions économiques. Nous devons relever des défis pour faire surgir des stars et des championnes, et pour créer une équipe nationale palestinienne qui participera au Championnat Arabe des clubs féminins ».

Dalia Nasr ne serait pas ce qu’elle est aujourd’hui, sans le soutien de ses proches. « Je dois tout cela à ma famille que je remercie beaucoup, ainsi qu’au coach de Gaza Sporting, Mohamed Ashour, qui m’a tant appris.  En effet, le capitaine Ashour a tout fait pour nous aider à avancer en basket. 

Intéressé par mon travail à l’entrainement et pendant les matchs, il m’a guidée jusqu’à une nette amélioration de mes performances et c’est pour cela que je lui suis reconnaissante », conclut Dalia Nasr.

Twitter
Email
Facebook
LinkedIn
Pinterest