Lire aussi

Salma, la cavalière du désert

Salma, la cavalière du désert

En Arabie Saoudite, l’élevage de pur-sang arabes et la pratique de l’équitation demeurent des activités ancestrales. Néanmoins, rares sont les femmes qui osent monter à cheval… Salma, une cavalière d’origine franco-marocaine, est l’une de ces…

Egypte-Football : les photographes sportives militent pour leur passion

Les femmes continuent à imposer leur présence dans le monde sportif. Athlète, entraineur, arbitre… tant de postes qui, depuis un certain temps, sont occupés par des femmes. Le journalisme sportif, lui aussi, se conjugue désormais au féminin. L’exemple le plus marquant est l’Égypte, où de plus en plus de femmes se munissent de leurs appareils photo, pour immortaliser les moments-clés des matchs de football.

Genèse du journalisme sportif en Egypte

Les études académiques constituent la voie classique qui mène au journalisme sportif. Cependant, en matière de football, considéré comme le sport le plus populaire de la planète, ce sont souvent la passion et l’envie qui propulsent les amateurs dans ce domaine. Amira Hachem, journaliste pour le site Al-Bayan, raconte ses débuts à Taja Sport : « J’ai toujours été passionnée par le football, depuis ma tendre enfance. Je n’ai jamais pris part à cette discipline qui a longtemps suscité mon intérêt. Je suis une fervente supportrice du club Al-Ahly. »

Amira évoque son rêve de devenir journaliste sportive. Elle a trouvé sa vocation dans le domaine de la photographie, qui lui permet d’être au cœur de l’action. Elle déclare : « Mon goût pour la photographie, ma passion pour la rédaction journalistique et le soutien de ma famille ont grandement contribué à mon succès. »

Taja Sport a également rencontré Riham Abdallah, journaliste pour le site Al-Asimah et photographe pour le service média du Future Club. D’après Riham, être amateur de photos ne suffit pas. Cette dernière souligne que la formation et l’apprentissage des bases de la photographie restent un prérequis pour exercer ce métier de manière professionnelle. À cela, s’ajoute l’expertise qu’on acquiert avec la pratique.

Bon nombre d’éléments rendent, selon Riham Abdallah, la tâche difficile, une fois les compétences acquises. « L’achat de l’appareil photo et des équipements, tels que les objectifs et autres outils, est généralement à la charge du photographe. Nous sommes parfois contraints de vendre nos effets personnels pour pouvoir acquérir un équipement de meilleure qualité », se désole-t-elle.

Un tremplin idéal vers d’autres domaines

Les revenus du photographe sportif sont souvent précaires. Il en résulte la fuite des talents qui préfèrent se réorienter vers des secteurs plus lucratifs. À ce sujet, nous avons rencontré Hiba Abi-Jamea, assistante-analyste de performance de l’équipe première masculine du club de football Wadi Degla. Elle explique à Taja Sport que « les dépenses qui incombent au photographe dans l’exercice de son métier sont nettement supérieurs à ses revenus, quand bien même celui-ci fait partie de grands organes de presse. »

Egypte-Football : les photographes sportives militent pour leur passion

La photographie a constitué pour Hiba un tremplin qui lui a permis de se spécialiser dans un autre domaine. Photographe d’abord, la jeune femme est devenue journaliste de télévision pour une chaine sportive. Cependant, Abi-Jamea est loin de regretter son expérience de photographe. Elle indique : « Cela m’a permis d’apprendre à filmer rapidement. Ce savoir-faire est très important dans le métier d’analyste de performance, que j’exerce actuellement. »

Les défis du journalisme

Le journalisme est une profession non des plus simples. Les photographes sportives ne le savent que trop bien, surtout lorsqu’il s’agit de travailler en présence de milliers de supporters, et sous maintes contraintes imposées par les organisateurs. Les difficultés techniques restent le plus grand casse-tête pour les photographes. Amira Hachem déclare à ce propos : « Pour nous, photographes, le facteur le plus handicapant et le plus récurrent réside dans la difficulté à accéder au terrain lors des matchs, en raison de la mauvaise organisation des responsables ».

Riham Abdellah n’en pense pas moins. Elle affirme : « Les responsables exigent souvent qu’on soit identifiables avec nos gilets de photographes avant de pouvoir entrer au stade. A savoir que ces gilets ne nous sont remis qu’une fois à l’intérieur de l’arène. » Par ailleurs, Riham pointe du doigt un autre obstacle : l’insistance des organisateurs à calfeutrer les photographes dans un seul emplacement, derrière les buts. Celle-ci revendique  : « Il est de notre droit de nous positionner à des endroits différents autour de la pelouse. Cette injonction limite la créativité des photographes. »

Hiba, Riham et Amira représentent trois modèles de réussite en Égypte. Par leur talent et leur détermination, elles sont parvenues à se faire un nom dans le milieu de la photo qui nécessite, en même temps, créativité et célérité. Une fois de plus, les femmes arabes démontrent leur capacité à briller dans tous les domaines.

Twitter
Email
Facebook
LinkedIn
Pinterest