Lire aussi

Salma, la cavalière du désert

Salma, la cavalière du désert

En Arabie Saoudite, l’élevage de pur-sang arabes et la pratique de l’équitation demeurent des activités ancestrales. Néanmoins, rares sont les femmes qui osent monter à cheval… Salma, une cavalière d’origine franco-marocaine, est l’une de ces…

Football féminin : Oman, un modèle exemplaire pour les pays du Golfe ?

Le défi de l’ouverture a été relevé pour les pays du Golfe, au cours des dix dernières années. Les conséquences d’une telle démarche sont considérables, notamment en matière de sport féminin et, plus particulièrement de football. Une discipline qui a connu un développement majeur, malgré des débuts compliqués. Aujourd’hui, la région connaît bon nombre de ligues et d’équipes nationales. Il faut dire que le soutien financier de l’Association internationale de football a joué un rôle dans l’essor de ce sport, ce qui fait que les femmes sont de plus en plus motivées à s’y engager.
Football féminin : Oman, un modèle exemplaire pour les pays du Golfe ?
Mona Al-Hanachi

Un souffle nouveau

Avec le lancement de compétitions locales aux Emirats, au Koweït, au Bahreïn, à Oman, au Qatar et en Arabie Saoudite, la pratique du football au sein des pays du Golfe ne cesse de se propager. Pour promouvoir davantage cette discipline sportive, les fédérations des nations susmentionnées ont adopté une stratégie spécifique : en plus d’un tournoi composé de sept joueuses, elles ont organisé trois ligues différentes, avec 11 joueuses, et six en salle. Une initiative adoptée par les clubs émirati, omanais, koweïtien, saoudien et bahreïni. Ce sont ces équipes qui ont représenté la version la plus récente des différentes ligues des pays du Golfe.

Le modèle omanais

Le modèle omanais mérite d’être traité en raison du progrès inestimable qu’a connu le football à Muscat, qui regroupe désormais 31 équipes féminines et plus de 193 joueuses participant à la ligue. Plus encore, le pays connait 43 administratrices sportives, 54 arbitres, dont l’internationale Maryam Al-Hadhrami, 20 observatrices et 80 entraîneuses.

L’équipe omanaise a remporté la deuxième édition de la Ligue omanaise, au moment où le club Al-Bashaer est arrivé deuxième, cédant ainsi la troisième place à Salalah SC. Au vu de cette progression, l’Association omanaise de football a élaboré, début 2020, un plan stratégique, visant à former une première équipe féminine senior et une autre junior.

Un comité technique relevant de cette même association s’est chargé d’assurer le suivi de la ligue et de sélectionner 50 joueuses. Etape à la suite de laquelle les 18 meilleures joueuses ont été retenues, lors de la phase des qualifications finales. Elles ont ensuite été intégrées à la première équipe féminine du pays qui a vu le jour en 2022.

Dans une interview accordée à Taja Sport, la Tunisienne, Mona Al-Hanachi, qui s’engage avec le club omanais Al-Bashaer a déclaré : « Le football féminin à Oman n’a pas intéressé le public comme il le fallait, au cours des premières années. Aujourd’hui, changement de la donne, avec le lancement de la ligue et la constitution d’une équipe nationale ».

Football féminin : Oman, un modèle exemplaire pour les pays du Golfe ?
Maha Junud

De son côté, l’ancienne joueuse de l’équipe de l’AS Banque de l’Habitat a assuré à Taja Sport que le niveau technique de l’équipe s’est beaucoup amélioré « grâce à l’apport d’entraîneuses qualifiées ». D’après elle, « le niveau de compétitivité est à la hausse ». Faisant part de son expérience personnelle, Hanachi considère que « l’équipe omanaise est composée de joueuses performantes » et que « leur niveau technique leur permet de jouer dans toutes les ligues arabes voire européennes ». La jeune femme avoue croire fortement en l’avenir du football omanais féminin.

Maha Junud, responsable du département de football féminin au sein de la Fédération omanaise et superviseure des équipes nationales d’Oman, a avancé lors d’un entretien avec Taja Sport que « le nombre de joueuses omanaises en 2019 n’a pas dépassé les 19. Cependant, l’Association internationale de football a réussi, en un temps record, à réformer la situation ». Junud a choisi de mettre son expérience d’entraîneuse d’une équipe masculine dans la région du Moyen-Orient à la disposition des Omanaises, elle qui avait précédemment joué avec le club damasquin, Al-Muhafaza SC et représenté l’équipe féminine syrienne, six ans durant.

« Les joueuses et les entraîneuses sont généralement confrontées à de nombreux défis à Oman. Cependant, nous assistons à une grande amélioration. Nous aspirons de plus en plus à poursuivre la formation des cadres de formation et établir un plan de travail clair pour les équipes féminines senior et junior », conclut Maha Junud.

Le football féminin dans les pays du Golfe et, plus particulièrement, à Oman, ne cesse de croître. Cela est rendu possible grâce à la mise en place de ligues organisées, à l’augmentation du nombre d’équipes et de joueuses et à la formation d’équipes solides. Nous pouvons désormais espérer des victoires sensationnelles sur les scènes arabe et asiatique.

Twitter
Email
Facebook
LinkedIn
Pinterest