Lire aussi

Maroc : les sports urbains se féminisent

« Fonder une école dédiée aux sports urbains », c’est cela le rêve de la rolleuse marocaine, Ibtissam Issofi. Cette dernière, a compris, bien assez tôt, la nécessité d’un tel établissement, pour encadrer les jeunes…

Joyce Azzam : Une Libanaise au sommet du monde

Joyce Azzam n’a pas choisi d’être alpiniste. « Cela s’est simplement fait ». Elle est la première femme libanaise et l’une des rares femmes arabes à avoir relevé le défi des 7 Sommets (Escalader les…

Jeux Paralympiques : l’histoire de l’Irakienne Najlaa Imad, victime du terrorisme
La para-athlète de tennis de table irakienne Najla Imad a affronté des joueuses expérimentées aux Jeux Paralympiques de Tokyo. La championne irakienne de 16 ans a fait face pour sa première participation à la Russe Alieva Maliak, qui évolue sous la bannière du Comité Paralympique Russe. Après sa défaite, Najlaa a poursuivi son chemin face à la Coréenne Lee Kun-Woo. Mais la chance n’était pas du côté de la championne irakienne. Cependant, sa participation en elle-même est une victoire pour elle et pour tous les Irakiens.
Crédit ittfworld

L’Irakienne Najla Imad a perdu ses deux matchs en individuel avec le même résultat, 3 à 1. Elle est ainsi sortie de la compétition dès le tour préliminaire. Le but de la participation de la jeune championne n’était pas tant de décrocher une médaille mais plutôt de se mesurer à des adversaires expérimentées. L’objectif était d’atteindre la maturité athlétique en vue des prochains Jeux Paralympiques.

Alors qu’elle avait environ neuf ans, et après avoir perdu ses deux pieds et son bras droit dans un attentat, Najla a commencé à s’intéresser au tennis de table. Des terroristes ont piégé la voiture de son père, qui travaillait à l’époque dans une base militaire américaine en Irak. Najlaa, âgée alors de trois ans, fait partie des victimes. Elle a perdu plusieurs de ses membres et sera marquée à vie. Au fil des années, elle s’est rendu compte qu’elle devait prendre une décision qui allait changer son destin. Hors de question pour la jeune fille de céder au terrorisme qui a marqué son corps. 

La jeune fille a connu la douleur quand elle essayait d’attraper sa raquette pour apprendre à jouer. D’autant plus qu’elle écrivait, jouait et mangeait avec sa main droite, qu’elle a perdue dans l’explosion. Après un long moment et des efforts d’exercice de la main gauche, cette dernière était effectivement capable d’effectuer les tâches de la main perdue avec l’aide du père, de la mère et de ses huit frères. Mais elle a toujours besoin de prothèses, si elle veut pratiquer du sport et continuer sa vie. 

Sa famille très modeste n’avait pas de quoi lui fournir les trois prothèses nécessaires. Ces équipements sont chers et le père est à la retraite avec des revenus limités. Malgré cela et en ayant recours à des prothèses de fortune. Elle réussit à l’âge de douze ans à décrocher une place dans les rangs de l’équipe irakienne des athlètes à besoins spécifiques. Ce qui lui a permis de commencer à avancer vers une carrière sportive professionnelle.  

Najlaa a ensuite multiplié les exploits, jusqu’à remporter le championnat irakien en 2015 et commencer à représenter son pays à l’international. Elle a remporté l’argent au championnat d’Asie, devenant la plus jeune joueuse à l’avoir remporté à travers l’histoire. 

Son enfance et son innocence ne l’ont pas protégée dans un pays en conflit. Un acte de terrorisme a brisé sa vie mais ne l’a pas empêchée de réussir. Elle est aujourd’hui fière de représenter son pays aux Jeux Paralympiques, pour montrer à ceux qui lui ont volé son enfance le vrai sens du patriotisme.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email