Lire aussi

Maroc : les sports urbains se féminisent

« Fonder une école dédiée aux sports urbains », c’est cela le rêve de la rolleuse marocaine, Ibtissam Issofi. Cette dernière, a compris, bien assez tôt, la nécessité d’un tel établissement, pour encadrer les jeunes…

Joyce Azzam : Une Libanaise au sommet du monde

Joyce Azzam n’a pas choisi d’être alpiniste. « Cela s’est simplement fait ». Elle est la première femme libanaise et l’une des rares femmes arabes à avoir relevé le défi des 7 Sommets (Escalader les…

Joud Alshanty : « Je ne peux pas arrêter le foot, j’appartiens aux cages »
A tout juste 21 ans, Joud Alshanty est gardienne de but au sein de l’équipe nationale de football jordanienne. C’est à l’âge de 14 ans qu’elle a commencé à pratiquer le football. Ses débuts dans l’équipe nationale étaient au sein de l’équipe U16. La jeune fille, d’origines jordanienne et palestinienne, a vécu un temps aux Emirats arabes unies avant de rentrer en Jordanie.

De retour en Jordanie, Joud découvre l’existence d’une équipe de football féminine au sein de sa nouvelle école. Elle convainc alors très vite sa maman et sa tante de l’inscrire avec sa cousine. En prenant part à sa première séance d’entrainement, Joud réussit à se faire remarquer par le coach. Il était tellement impressionnée par la prestation de la jeune fille qu’il ira lui-même expliquer à sa mère à quel point elle pouvait avoir un avenir dans la discipline. C’est à partir de cet instant que la mère de Joud a commencé à la soutenir et croire en elle.

La mère s’est battue pour que sa fille réussisse sa carrière footballistique. Elle est sa plus grande supportrice. « Ma mère est mon modèle, elle m’a soutenue même dans les moments difficiles, même lorsqu’elle était malade et fatiguée… Je ne connais personne de plus fort qu’elle, c’est une combattante » a déclaré Joud.
Quant à son père, aujourd’hui malheureusement décédé, bien qu’il fût contre le soutien de sa femme, il ne l’a jamais fait ressentir à Joud. Il ne lui a jamais dit qu’il ne souhaitait pas qu’elle joue au football bien qu’à ses yeux, ce sport était trop « masculin » pour sa fille. Le père de famille a changé d’avis une fois qu’il a vu à quel point sa fille était passionnée, pour commencer à la soutenir tout en lui demandant de poursuivre son éducation et de ne pas négliger ses études pour le football.

La gardienne de but a aussi une sœur et deux frères. C’est d’ailleurs l’un d’entre eux qui l’a rendu passionnée de football : « Je voyais mon frère comme mon rôle-modèle, il jouait au football à la Manchester United Academy aux Émirats. Je voulais rejoindre l’académie moi aussi, mais ma mère ne n’avait pas accepté à l’époque… ». Joud étant la cadette, ses frères et sa sœur lui ont offert un grand soutien : sa sœur Zain était toujours à ses côtés, ses frères Mohammad et Bader l’ont toujours poussée à donner le meilleur d’elle-même.

« Je dois beaucoup à ma famille. L’amour que j’ai pour eux m’oblige à les rendre fiers de moi. Ma passion est née grâce à ma famille. Ils ont cru en moi et mon père a tout fait pour que je puisse me concentrer sur mes études tout en poursuivant ma passion pour le football. Il était fier de dire aux gens que je joue pour l’équipe nationale », explique la jeune footballeuse.

Le rêve de Joud est de devenir une femme forte et indépendante. Elle veut s’améliorer dans tous les domaines : ses études, ses relations familiales, mais surtout en football. La jeune fille confie que ce n’est pas tous les jours faciles : « C’est dur de porter les couleurs de son pays. C’est une grande responsabilité. Tu dois tout faire pour rendre les Jordaniens et ta famille fiers ».

Joud, en plus d’être la gardienne de but de l’équipe nationale jordanienne, est aussi diplômée en gestion du tourisme et travaille actuellement comme responsable du développement commercial au sein d’une entreprise privée. « J’aime énormément mon travail. Je n’aurais jamais pensé aimer un travail autant que j’aime le football ».

La jeune footballeuse a travaillé dur pour en arriver là aujourd’hui. Elle a toujours voulu faire carrière dans le football. Maintenant, elle fait en sorte d’être la meilleure : « je ne peux pas arrêter le foot, j’appartiens aux cages que je garde ».

Selon Joud, le secret pour réussir serait l’équilibre entre sa passion et son avenir. « L’éducation est l’arme la plus importante qu’une fille a. Travaillez dur, étudiez bien et obtenez votre diplôme universitaire ». Voilà le message qu’adresse Joud aux jeunes filles souhaitant, comme elle, faire carrière dans le football.

Le chemin de la réussite est toujours semé d’embuches mais il ne faut jamais baisser les bras, selon la jeune gardienne de but. « La personne que je suis aujourd’hui a été forgée grâce aux hauts et bas de la vie. Dans la vie, rien ne s’obtient sans travail. Si les choses venaient facilement, on ne ressentirait pas l’importance de celles-ci. Croyez en vous ! Croyez en vos capacités ! Aimez-vous ! Aimez ce que vous faites ! Vous êtes l’auteur de votre propre histoire ! » conclut la jeune fille en s’adressant aux jeunes filles qui veulent suivre ses pas.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email