Lire aussi

Maroc : les sports urbains se féminisent

« Fonder une école dédiée aux sports urbains », c’est cela le rêve de la rolleuse marocaine, Ibtissam Issofi. Cette dernière, a compris, bien assez tôt, la nécessité d’un tel établissement, pour encadrer les jeunes…

Joyce Azzam : Une Libanaise au sommet du monde

Joyce Azzam n’a pas choisi d’être alpiniste. « Cela s’est simplement fait ». Elle est la première femme libanaise et l’une des rares femmes arabes à avoir relevé le défi des 7 Sommets (Escalader les…

Marehan Al Khaldy, la plus jeune photographe sportive à Gaza
Elle a succombé aux vents de ses rêves cette nuit-là, elle a fermé les yeux et est tombée dans un sommeil profond. Elle ne se rendait pas compte que demain porterait des nouvelles qui changeraient le cours de sa vie. Elle allait enfin exaucer son rêve d’entrer dans le domaine du journalisme sportif. Elle rêve, depuis des années, d’immortaliser ces moments de joie dans un stade, une coupe gagnée, des cris de supporters. Elle, c’est Marehan Al Khaldy, la plus jeune photographe sportive en Palestine.
ميرهان الخالدي

Traduction: Soukaina Guedira

Elle s’est réveillée un matin, ne croyant pas ce qu’elle voyait. Elle ne pensait pas que les choses se passeraient ainsi. Son père, qui rêvait de voir sa fille poursuive une carrière d’avocate, venait de lui offrir un précieux cadeau. Un présent qui allait lui permettre d’exaucer son rêve. 

« Je suis entré dans les stades avec les joueurs masculins parce que mon père me soutenait. Cette caméra est très chère, pourtant il a pu me l’acheter », déclare Marehan Al Khaldy, 21 ans, étudiante en journalisme à l’Université Al-Azhar dans la bande de Gaza. Aujourd’hui, elle lui offre à son tour, de belles photos de joueurs de football de la ligue locale. Elle se rend dans les stades et prend des photos sous différents angles, après cela elle les traite avec un programme photo puis les publie dans les médias sportifs locaux. 

Ce sont les débuts de la jeune Marehan, qui n’a jamais fait attention à comment la société la percevait. Elle a franchi cette barrière par étapes lorsqu’elle a dit, à son père et à ses proches, qu’elle voulait étudier le journalisme. Son père était opposé à l’idée parce qu’il voulait que sa fille étudie le droit. « Aujourd’hui, je travaille avec l’équipe sportive de Gaza. Je suis la première journaliste à être nommée par une équipe de football de la Bande de Gaza », raconte fièrement Marehan.

« Maintenant, j’ai réalisé certains de mes rêves, mais le début a été difficile. Mon père me disait que les terrains de football ne sont pas tels qu’on les imagine quand on les voit à la télévision. A cette époque il n’y avait que quatre photojournalistes dans la bande de Gaza. Beaucoup de stades étaient éloignés de mon lieu de résidence, ce qui a obligé mon père à m’accompagner lors de mes couvertures qui se terminaient souvent tard dans la nuit », raconte Marehan.

Elle se rappelle sa première mission. Cette première fois où elle s’est rendue dans un stade. Elle n’avait pas dormi de la nuit. Elle n’a pris aucune photo dans la première moitié du match car elle n’était pas outillée pour des prises de vue de loin. Mais elle était contente d’assister à ce dont elle rêvait de vivre enfant, Une foule dans les gradins criant, une balle passant entre les pieds, un entraîneur criant à un joueur, un autre à un arbitre et le son de chaussures de foot sur la pelouse … Tout le monde regardait ce jour-là la jeune photographe avec beaucoup d’étonnement. « Les gens chuchotaient entre eux et se demandaient qui j’étais. Ils n’étaient pas habitués à voir une femme dans un terrain de football ».

Ses copains et fans l’appellent « la fleur des stades ». Elle a réussi à gagner le cœur de son entourage et à jouir d’une grande popularité.  

Marehan a couvert plusieurs manifestations sportives. Elle aime écrire sur des jeunes sportifs qui n’intéressent pas traditionnellement les médias sportifs. La jeune photojournaliste croit fermement que le développement du football palestinien dépend de la qualité du produit de presse présenté. Son rêve est de couvrir un jour des événements sportifs en dehors de la Bande de Gaza.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email