N°2 : Juillet – Décembre 2021
Lire le magazine en langue arabe

Lire aussi

La lente féminisation des postes à responsabilité dans les organisations sportives
Nawal El-Moutawakel est une des premières sportives de la région MENA à avoir occupé un poste à responsabilité dans une organisation sportive internationale. L’athlète marocaine, qui avait remporté la médaille d’or aux Jeux Olympiques de Los Angeles en 1984, a occupé plusieurs postes au sein du Comité International Olympique. D’autres femmes suivront son exemple par la suite aussi bien au sein du CIO que dans des organisations nationales.
organisations
Nawal El-Moutawakel - Photo Simon Hofmann - GETTY IMAGES EUROPE/ AFP

L’athlète qui a ramené au Maroc la première médaille olympique de son histoire a fait son entrée, en 1998, au Comité international olympique (CIO). Elle en deviendra la vice-présidente quelques années plus tard. Celle qui a fait rêver tant de femmes avait enfin l’occasion de faire changer les lignes au plus haut niveau, pour faire avancer la cause du sport féminin. « Le CIO a joué un rôle de premier plan dans la promotion de l’égalité des sexes au sein de sa direction, en faisant en sorte de porter le pourcentage de femmes parmi ses membres à 37%. Allant ainsi au-delà de l’objectif fixé, de 30% des postes décisionnels à horizon 2020 », explique-t-elle.

L’ancienne championne marocaine a dirigé par la suite le comité d’évaluation des Jeux de Londres de 2012 et la commission de coordination des JO de Rio 2016. Elle a aussi occupé le poste de ministre de la Jeunesse et des sports dans son pays.

D’autres femmes arabes lui ont emboîté le pas, en décrochant des postes de haute responsabilité dans le domaine sportif dans leurs pays. C’est le cas de Sheikha Hayat Al Khalifa. Elle est la présidente de la commission « femme et sport » du CIO d’Asie. Membre du comité sportif féminin au Bahreïn, Sheikha Hayat Al Khalifa a commencé sa carrière en tant que joueuse de tennis. Ceci, avant de prendre la tête de plusieurs fédérations sportives dans son pays, ou de devenir membre du conseil de la Jeunesse et des sports au Bahreïn.

La Princesse Reema Bint Bandar Al Saoud a été pour sa part, la présidente de la fédération saoudienne pour les sports communautaires. L’une de ses réussites est d’avoir réussi à intégrer l’éducation sportive pour les filles dans le programme scolaire en Arabie Saoudite.

نساء
La Princesse Reema Bint Bandar Al Saoud – Photo FAYEZ NURELDINE – AFP

L’ancienne volleyeuse marocaine Bouchra Hajij, est aujourd’hui à la tête de la Confédération africaine de volleyball. Mais la présidente de la Fédération royale marocaine de volley-ball vient aussi d’être désignée vice-présidente de la Fédération internationale de la discipline (FIVB) pour la période 2021-2024.

Quant à la ex-championne d’Afrique de judo, Salima Souakri elle est aujourd’hui secrétaire d’Etat chargée du Sport d’élite en Algérie. Là où la Tunisienne Maha Zaoui a été nommé début 2020, Manager générale en charge du rugby féminin à Rugby Afrique, l’organisation qui chapeaute toutes les fédérations africaines de rugby.

Mais si l’apport de ces femmes au sein de ces organisations nationales, régionales ou internationale, est indéniable, elles n’en restent pas moins des exceptions dans des pays et régions qui commencent à peine d’intéresser au sport au féminin et à la féminisation des institutions sportives.

 

 

 

 

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email