Lire aussi

Maroc : les sports urbains se féminisent

« Fonder une école dédiée aux sports urbains », c’est cela le rêve de la rolleuse marocaine, Ibtissam Issofi. Cette dernière, a compris, bien assez tôt, la nécessité d’un tel établissement, pour encadrer les jeunes…

Joyce Azzam : Une Libanaise au sommet du monde

Joyce Azzam n’a pas choisi d’être alpiniste. « Cela s’est simplement fait ». Elle est la première femme libanaise et l’une des rares femmes arabes à avoir relevé le défi des 7 Sommets (Escalader les…

La taekwondoïste jordanienne Julyana Al Sadeq quitte Tokyo
Julyana Al Sadeq quitte la compétition aux JO de Tokyo après avoir perdu face à son adversaire brésilienne M. Titoneli dans la catégorie moins de 67kg. Ce qui a mis fin aux chances de Julyana de décrocher la médaille de bronze, c’est surtout le fait que la brésilienne n’ait pas pu se qualifier pour la finale.
Credit Photo: Jordan Olympic Committee

La délégation jordanienne pour les Jeux Olympiques de Tokyo compte deux taekwondoïstes, Julyana Al Sadeq et Saleh El Charbaty. Les Jordaniens misaient beaucoup sur la jeune championne, membre de l’équipe nationale jordanienne de Taekwondo et 7ème dans le classement mondial. 

Les attentes de ses compatriotes étaient totalement justifiées quand on sait que Julyana n’a fait qu’au briller à chaque compétition internationale ces dernières années. Elle avait remporté une médaille d’or aux Jeux asiatiques à Jakarta en 2018, ensuite une médaille d’or et une de bronze dans les championnats asiatiques et encore deux médailles de bronze lors du Championnat du Grand Prix.

Sa participation à Tokyo fut aussi de haut niveau même si elle a fini par s’incliner en 8ème de finale devant la Brésilienne qui a gagné par supériorité.

Il n’en reste pas moins que Tokyo sera une belle étape dans le parcours de Julyana Al Sadeq qui rêve de décrocher une médaille olympique depuis son enfance. Elle qui a longtemps été entrainée par son père dont elle dit qu’il a été celui qui l’a aidée à devenir professionnelle.

Le taekwando est une affaire de famille chez les Al Sadeq. C’est d’ailleurs le frère de Julyana qui lui a donné envie de choisir cette discipline. C’était quand il était monté sur le podium en 2008 pour recevoir sa médaille d’or dans le Championnat du monde de Taekwando chez les Juniors. 

Quant à Julyana, qui n’a aujourd’hui que 26 ans, Tokyo ne sera certainement pas sa dernière participation olympique. Son rêve se réalisera peut-être à Paris en 2024.

En attendant, rappelons que le comité olympique jordanien a déjà rendu hommage à Julyana Al Sadeq en la désignant comme porte drapeau aux côtés de son compatriote Zyad Achiche, lors de la cérémonie d’ouverture des 32ème Jeux olympiques d’été. La délégation jordanienne ne reviendra d’ailleurs pas les mains vides au pays. L’autre taekwondoïste présent à Tokyo, Saleh El Charbaty, a décroché la médaille de bronze dans la catégorie 80 kg.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email