Lire aussi

Maroc : les sports urbains se féminisent

« Fonder une école dédiée aux sports urbains », c’est cela le rêve de la rolleuse marocaine, Ibtissam Issofi. Cette dernière, a compris, bien assez tôt, la nécessité d’un tel établissement, pour encadrer les jeunes…

Joyce Azzam : Une Libanaise au sommet du monde

Joyce Azzam n’a pas choisi d’être alpiniste. « Cela s’est simplement fait ». Elle est la première femme libanaise et l’une des rares femmes arabes à avoir relevé le défi des 7 Sommets (Escalader les…

Le sacre paralympique pour les athlètes algériennes
C’est un total de 12 médailles qu’aura remporté l’Algérie tout au long des Jeux Paralympiques de Tokyo. La moitié l’ont été par des athlètes féminines. Retour sur un vrai sacre des Dames d’Algérie.
Credit photo: Tom Dulat/Getty Images

La première athlète algérienne à avoir gagné une médaille à Tokyo est Cherine Abdellaoui. La judoka qui avait arraché le bronze lors des jeux de Rio de 2016 a offert à l’Algérie sa toute première médaille de la compétition, qui plus est en or. Elle a réussi à battre la canadienne Priscilla Gagné en victoire par ippon – prise qui octroie le plus de points et le triomphe immédiat à celui qui l’exécute – lors de la finale.

Le même jour, sa compatriote Mounia Gasmi a remporté une médaille de bronze lors de l’épreuve du lancer de quille féminin (F32). La lanceuse de club est parvenue à exécuter un jet de 23,29 mètres lors de son cinquième essai.

Le lendemain, Nassima Saifi remporte l’argent en lancer de disque (F57) avec un lancer de 30,81 mètres. Malheureusement, elle ne pourra garder son titre de championne paralympique, remporté en 2016, à Rio, où elle avait décroché l’or.

Lynda Hamri qui ajoutera la quatrième médaille féminine au palmarès algérien. Elle a, en effet, décroché la médaille de bronze en saut en longueur (T12). C’est son premier saut à 5,33 mètres qui lui a permis d’atteindre la troisième place du podium et de maintenir la médaille qu’elle avait gagnée lors des Jeux précédents.

Les deux dernières médailles féminines du pays ont été remportées trois jours avant la clôture des Jeux Paralympiques de Tokyo. C’est Safia Djelal qui a ouvert les hostilités en devenant championne paralympique en lancer de poids (F57) après avoir décroché l’or dans sa catégorie. Elle avait réussi à remporter l’or à Athènes en 2004 mais était repartie bredouille de Rio. Cette année Safia a pris sa revanche puisque, en plus de l’or, elle a également battu le record mondial de sa catégorie avec son jeté de 11,26 mètres.

La dernière médaille féminine de la délégation algérienne a aussi été en orAsmahane Boudjadar l’a remportée au cours de l’épreuve du lancer de poids (F33), grâce à un jet de 7,20 m. En plus de cette première place, Asmahane bat, elle aussi, un nouveau record paralympique qu’elle détenait depuis les jeux de 2016 et qui était alors de 5,72 m.

Les athlètes paralympiques féminines algériennes finissent ces jeux de Tokyo en beauté avec leurs six médailles au total dont trois en or. Sans oublier les deux records battus. Des scores qui ont permis à l’Algérie de se classer à la 29ème place mondiale et à être le deuxième pays africain le plus médaillé au cours de cette édition 2020.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email