Lire aussi

Maroc : les sports urbains se féminisent

« Fonder une école dédiée aux sports urbains », c’est cela le rêve de la rolleuse marocaine, Ibtissam Issofi. Cette dernière, a compris, bien assez tôt, la nécessité d’un tel établissement, pour encadrer les jeunes…

Joyce Azzam : Une Libanaise au sommet du monde

Joyce Azzam n’a pas choisi d’être alpiniste. « Cela s’est simplement fait ». Elle est la première femme libanaise et l’une des rares femmes arabes à avoir relevé le défi des 7 Sommets (Escalader les…

Sabreen Alabadi, une arbitre jordanienne à la Coupe Arabe des Nations «Dames »
La jeune arbitre jordanienne Sabreen Alabadi rêve de représenter son pays à l’international. Son objectif de carrière est d’arbitrer un jour un match de Coupe du monde. En attendant c’est en Egypte que la jeune arbitre officie cet été dans le cadre de la Coupe Arabe des Nations « Dames ».
صابرين العبادي

Quels sont vos projets pour les arbitres féminines arabes ? C’est la question posée par l’arbitre jordanienne, Sabreen Alabadi, au président de la Commission des arbitres de la FIFA, Pierluigi Collina. Une question qui reflète la passion de la jeune arbitre pour un métier qu’elle a commencé il y a déjà dix ans, lorsqu’elle a décidé de participer à des cycles de formation en arbitrage, organisés par la Fédération jordanienne de football, en 2012. A l’issue de cette formation, elle est devenue officiellement arbitre.

Après avoir réussi cette session de formation, j’ai continué dans le domaine de l’arbitrage footballistique jusqu’à ce que je devienne arbitre internationale au niveau du continent asiatique” déclare fièrement Sabreen, en racontant son parcours avec la tenue jaune qui a atteint son apogée en 2018. Au cours de cette année, Sabreen a gagné sa place pour arbitrer au niveau continental. Elle a ainsi réussi à arbitrer des matchs avec des équipes et clubs asiatiques. Un premier pas dans un long parcours dont elle rêve depuis qu’elle a commencé ce métier, devenu une passion.

En dehors des terrains, Sabreen travaille aussi comme infirmière aux Urgences. Elle a besoin d’un travail supplémentaire pour couvrir les dépenses quotidiennes, car un arbitre ne perçoit pas une rémunération suffisante jusqu’à ce qu’il devienne arbitre international. Et c’est ce à quoi elle aspire, en l’honneur de l’esprit de son père, décédé il y a des mois, et qui n’a cessé de la soutenir tout au long de sa carrière d’arbitre, contrairement à beaucoup qui s’étonnaient souvent en voyant une femme arbitrer des matchs de football.
Avant d’être arbitre, je pratiquais l’athlétisme. Mon père m’encourageait énormément, et il n’a pas arrêté lorsque j’ai décidé de devenir arbitre” raconte la jeune arbitre jordanienne. Sabreen a beaucoup été soutenue par son père, mais sa sœur qui est également arbitre.

L’arbitre jordanienne ne prête guère attention à ce qui se dit sur l’arbitrage féminin, car elle concentre l’essentiel de son énergie sur les matchs qu’elle arbitre. D’autant plus qu’elle aimerait faire partie des arbitres de la Coupe du monde. Cependant, elle a encore un long chemin à parcourir, car selon les directives du Conseil arbitral jordanien, Sabreen Alabadi devrait d’abord arbitrer des matchs pour catégories jeunes, puis avec le temps, elle sera progressivement en mesure de participer aux rencontres masculines de la ligue professionnelle.

En revanche, Sabreen a déjà une belle carrière au sein de la ligue de football professionnel féminin en Jordanie. Ce qui lui a permis d’être sélectionnée pour participer à l’arbitrage des matchs de football de la Coupe Arabe des Nations « Dames », organisée en Egypte du 24 août au 6 septembre 2021. « Je suis très heureuse et je me donnerai à fond dans ce championnat. Cette participation compte beaucoup pour moi et pour ma carrière, et ce n’est qu’un premier pas pour réaliser plus de victoires », a déclaré l’arbitre de 31 ans.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email