N°2 : Juillet – Décembre 2021
Lire le magazine en langue arabe

Lire aussi

Jeux Méditerranéens 2022

La Tunisie brille de milles feux

Après la lutte, c’est en judo que la Tunisie s’offre un bouquet de médailles aux Jeux Méditerranéens d’Oran 2022. Scénario qui nous rappelle celui de Tarragone en 2018, lorsque les judokates des Aigles de Carthage…

Sports féminins tombés dans l’oubli dans le monde arabe
Après plus d’une année depuis la naissance du magazine Taja Sport, dont la raison d’être est celle d’informer et de promouvoir les sports féminins dans la région du Moyen-Orient et d’Afrique du Nord (MENA), le constat amer de nos journalistes sur le terrain est sans appel : la documentation des réalisations sportives féminines par les instances sportives officielles de ces pays est quasi inexistante. Nous avons interrogé différents acteurs du secteur sur le sujet et mené des investigations approfondies dans les archives relatives aux sports féminins. Notre enquête a révélé que les fédérations sportives n’assurent aucun suivi pour leurs athlètes féminines ou pour leurs performances sportives. Plus encore, les athlètes elles-mêmes ignorent tout du nombre de matchs auxquelles elles ont pris part et le nombre de buts qu’elles ont inscrits.
Sports féminins
Ibtissem Trimech, Rameuse et coach tunisienne

« J’ai joué à 8 ou 9 matchs de rugby depuis le début de ma carrière. Je ne comptabilise pas mes buts et je ne dispose pas de statistiques relatives à mes performances sportives. Je dispose uniquement de quelques extraits vidéos de mes expériences sur le terrain », confie Shaima Bakhi, 18 ans, joueuse de rugby dans le club marocain, Nahda Marrakech. Elle n’imaginait pas qu’un jour, un journaliste ou un directeur technique viendrait lui poser des questions sur ses archives sportives. Perplexe, la jeune joueuse s’interroge : « Pourquoi documenter ?! J’ignorais que ça avait de l’importance ».

La collecte de ce type d’informations, essentielles à la sauvegarde du patrimoine sportif féminin n’est plus si difficile de nos jours, surtout avec la disponibilité de maints outils techniques et de plateformes de téléchargement vidéo, comme YouTube, qui facilitent ce genre d’actions. La rameuse et coach tunisienne, Ibtissem Trimech (1999 – 2009), n’a pas non plus beaucoup d’archives. Dans un entretien accordé à Taja Sport, elle explique : « Mes résultats sont déposés en ligne sur le site officiel de la Fédération internationale d’aviron. En revanche, celle-ci y a rarement mentionné mon nom, bien qu’aucune athlète tunisienne n’ait obtenu les mêmes résultats que moi. Pour ne citer que quelques-uns de mes exploits : en 2004, j’ai remporté la 4ème place au Championnat du monde d’aviron et, en 2003, la 2ème place lors de la Coupe du monde ».

 

Ibtissem Trimech, Rameuse et coach tunisienne

Le contraste est clair lorsqu’il s’agit du sexe opposé. En effet, il suffit d’une simple recherche sur le net pour trouver les meilleurs buteurs des différentes ligues masculines de football, ou l’âge des pratiquants d’arts martiaux. L’accès à ces données sur les femmes sportives professionnelles demeure difficile.
C’est dans ce contexte que Moncef El-Yazighi, chercheur marocain, spécialisé en politique sportive, exprime sa crainte de la disparition de toute mémoire se rapportant au sport féminin dans la région MENA. Se confiant à Taja Sport, il déclare : « les données sur le nombre de rencontres disputées, de buts inscrits, et de joueuses fournissent des statistiques qui permettent de mesurer les progrès réalisés en matière de sport féminin ».

Selon cet expert, auteur du livre « Le sport et la société », l’inexistence d’archives enrichies contribue à la diminution de la pratique du sport chez la gent féminine. « Pour que le public s’intéresse aux sports féminins, les fédérations doivent produire des données précises sur les équipes féminines et publier le classement des meilleures buteuses et passeuses décisives dans les sports collectifs. Il en va de même pour les sports individuels. Je trouve indispensable la publication d’informations sportives et de fiches techniques renvoyant aux athlètes », insiste Moncef El-Yazighi.

Oumaima Ballourat, championne du monde 2019 en arts martiaux

Pour Oumaima Ballourat, championne du monde 2019 en arts martiaux, le processus d’archivage de ses résultats sportifs est très important. Cette dernière documente l’ensemble des titres et championnats qu’elle a remportés, depuis qu’elle s’est lancée dans ce sport, à l’âge de quatre ans. La Marocaine de 22 ans aurait, d’après ses archives, disputé 559 matchs tout le long de sa carrière, et en aurait remporté 50 par KO. La championne s’intéresse également aux rapports médiatiques la concernant : « je conserve des copies de tous les reportages vidéo et articles de presse où je suis citée. J’enregistre également mes apparitions à la télévision », dit-elle.

Cependant, Oumaima, qui se prépare pour les « Mua thaï World Games » cet été aux USA, souligne le rôle joué par la fédération locale pour le kickboxing et les sports similaires. « Le passeport sportif délivré aux joueuses, par la Fédération locale, comprend toutes les données sportives pertinentes de leur carrière », affirme-t-elle.

Shaima Bakhi, joueuse de rugby dans le club marocain, Nahda Marrakech
Shahd Walid Sabri, basketteuse du club Smouha

En Égypte, la basketteuse du club Smouha, Shahd Walid Sabri, vient à peine de réaliser l’importance de la documentation. Cette joueuse prend part à plus de 40 matchs par an en moyenne. Elle déplore que « la fédération locale de basket-ball ne répertorie pas les tournois de ses basketteuses juniors », et d’ajouter : « j’ai donc dû entreprendre moi-même et à ma façon ce travail d’archivage qui a été déterminant dans l’auto-évaluation de mes performances sportives ».

Pour justifier l’absence d’archives sportives féminines, l’entraineur de rugby du Club Nahda Marrakech Wafi Mokhtari affirme : « Nous manquons de ressources financières et logistiques pour documenter les compétitions Dames ». Selon lui, « la pratique du sport en amateur rend difficile l’établissement d’une chronologie relative à une période sportive spécifique. De plus, les clubs féminins peinent à acheter des équipements sportifs et à assurer aux joueuses des terrains de rugby ».

Dans trente ans, ou peut-être quarante ans, personne ne se souviendra de ces vaillantes femmes qui, par leur talent et leurs exploits, ont réussi à conjuguer au féminin des sports qui leur étaient encore interdits. Personne n’entendra parler de ces équipes pionnières qui ont joué dans la première ligue féminine égyptienne de football , ni de cette meilleure marqueuse à trois points du basket algérien. Tous ces exploits seront effacés de la mémoire sportive collective du monde arabe et maghrébin.
« Sans mémoire, il n’existe pas de véritable lien avec le milieu duquel il est question », disait Mahmoud Darwich.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email