Lire aussi

Un couple de sportifs à l’origine d’une académie de basket-ball au Liban
Quand un couple est sportif, il n’est pas surprenant qu’il transmette sa passion à la famille qu’il décide de fonder. Tel est le cas des deux entraineurs Josiane Ghanimeh et son mari, Charbel Mezher. Leurs filles, Serena et Laurie ont réussi à se faire connaître dans le monde du basket-ball, une expérience que les parents Mezher ont tenu à partager avec les nouvelles générations. Ainsi est née la CMA Basketball Academy au Liban, avec deux branches, l’une au Kesrouan et l’autre au Metn.
basket-ball

Tout a commencé en 2017, lorsque Josiane était encore joueuse de basket-ball de première division et avait déjà formé plusieurs groupes de différentes tranches d’âge. A l’époque, son mari, Charbel, exerçait aussi la profession d’entraîneur, après avoir joué au basket, trente ans durant.

Dans une interview accordée à Taja sport, Josiane déclare : « A la CMA, nous initions les enfants au jeu à partir d’un très jeune âge (4 ans). Nous avons ressenti cet entrain que manifestent les familles libanaises de faire en sorte que leurs enfants se lancent dans le basket-ball ».

La CMA Basketball Academy a été créée à partir d’un budget modeste. Loin d’être une institution « commerciale », comme le souligne Josiane, la CMA veille à « assurer tout ce dont ont besoin nos membres et de garantir la pérennité de ses activités. D’ailleurs, les frais d’abonnement que nous percevons sont symboliques, pour les raisons précitées », assure l’épouse Mezher.

Pour couvrir ses dépenses, la fondatrice de l’académie confie à Taja Sport que la CMA bénéficie du soutien de bon nombre d’associations et institutions qui ont pu témoigner du travail remarquable entrepris auprès des enfants.

« Notre objectif principal est de donner naissance à une génération de professionnels de basket-ball au Liban », avance Josiane. « Nous ne cherchons pas à faire participer les moins de 8 ans à des tournois. Nous œuvrons, avant tout, à enseigner et transmettre les principes du jeu », déclare l’entraîneuse.

Le couple a, dans cette perspective, mis en place plusieurs programmes au sein de l’académie. Le premier porte sur le développement des compétences, le deuxième sur l’importance de la qualité nutritive et le troisième sur la condition physique.

Au bout d’une formation au sein de la CMA, ce sont aussi l’esprit d’équipe et les capacités mentales des joueurs qui sont forgées pour servir au mieux les règles du jeu. Plus encore, l’aspect psychologique y est abordé, dans le cadre de stages d’initiation, où des conseils tels la nécessité de réduire le temps passé devant les écrans, d’adopter une alimentation saine et équilibrée sont donnés aux plus jeunes.

En réponse à la question selon laquelle Josiane mesurerait le succès de l’académie, celle-ci déclare : « Nous considérons que nous avons réussi notre mission lorsque nos étudiants brillent au sein des clubs où ils sont recrutés, grâce à la formation acquise à la CMA ».

Et de poursuivre : « Nous adaptons nos formations aux différentes tranches d’âge. C’est la motivation que nous cherchons à apprendre aux jeunes et aux adultes. L’humiliation ou la critique destructive ne font qu’abattre le moral du joueur et l’empêchent d’avancer ».

Dans un dernier message à Taja, la fondatrice de la CMA Basketball Academy insiste sur « l’importance de partager de telles expériences, d’insuffler l’esprit sportif dans le quotidien des générations futures, pour bâtir une société intellectuellement et physiquement saine ». Parce qu’il est crucial de faire en sorte que les jeunes soient conscients de l’importance du sport, l’instauration de telles académies ne peut qu’être bénéfique, toute activité physique étant un droit légitime, inhérent à tout être humain, où qu’il soit.

Twitter
Email
Facebook
LinkedIn
Pinterest