N°2 : Juillet – Décembre 2021
Lire le magazine en langue arabe

Lire aussi

Le sport

Le sport avec bébé à ses côtés

En raison du stress des premiers mois suivant l’accouchement, il est difficile pour certaines mères de sortir de chez elles. Liées par leurs obligations maternelles, elles ont rarement le temps de s’exercer. Leur santé, aussi…

Madawi Al-Shammari

Au Koweït, une sprinteuse qui promet monts et merveilles

C’est la première femme sportive koweïtienne à représenter son pays dans la compétition d’athlétisme de la Ligue de diamant. La sprinteuse Madawi Al-Shammari a notamment participé au Championnat du monde de 2021, au Qatar, lors…

Joueuses binationales : un atout gagnant?

Les fédérations de football d’Afrique du Nord misent de plus en plus sur le recrutement de joueuses binationales évoluant en Europe. Un grand défi pour les pays européens qui luttent aussi pour retenir ces talents.

Maha Barghouthi

Maha Barghouthi : le handicap n’occulte pas les rêves

Le handicap de Maha Barghouthi, ancienne championne paralympique de tennis de table et actuellement secrétaire générale du Comité paralympique jordanien, ne l’a pas empêchée de relever des défis ni d’avoir une carrière sportive diversifiée et…

Yasmeen Al-Dabbagh : le moteur qui « pousse les Saoudiennes à courir après leurs rêves »
Yasmeen Al-Dabbagh s’est fait connaître grâce à sa participation à la course du 100 m aux Jeux Olympiques (JO) de Tokyo de 2021. La même année, elle a participé à un nouveau championnat international, malgré sa sortie des éliminatoires. L’été dernier, la Saoudienne a participé à la même course, lors de la 18e édition des Championnats du monde d’athlétisme disputés à Eugène, aux États-Unis. Pour rappel, l’Arabie Saoudite a toujours misé sur une participation exclusivement masculine dans le cadre d’événements sportifs internationaux. Toutefois, depuis la tenue des Jeux Olympiques de Londres, en 2012, les athlètes féminines saoudiennes ont fait surface dans diverses disciplines.
Yasmeen Al-Dabbagh
Yasmeen Al-Dabbagh / Photo by Jewel SAMAD / AFP

Avant cela, le Comité International Olympique a promulgué une loi qui oblige chaque pays membre à se faire représenter aux JO par au moins une athlète. Dès lors, de nombreuses femmes en provenance de certains pays du golfe, comme l’Arabie et le Qatar, ont émergé sur la scène sportive internationale. Des pays où la présence féminine y était inconcevable.

La participation de Yasmeen Al-Dabbagh à Tokyo a consacré une place à la coureuse saoudinne aux JO. Yasmeen est la sixième athlète féminine à y prendre part aux côtés de la coureuse Sarah Attar et de la judoka Wojdan Shaherkhani, qui ont également concouru aux Jeux olympiques de Londres, en 2012. S’ajoutent à elles la joueuse d’escrime Lubna Al-Omair, la coureuse Kariman Abuljadayel et la judoka Joud Fahmy, dont la présence a marqué les JO de Rio de Janeiro, en 2016.

Al-Dabbagh a été éliminée des play-offs des Jeux olympiques de Tokyo après avoir terminé neuvième de sa série avec un temps de 13,34 secondes. Cependant, elle reviendra battre son record personnel lors des Jeux du Golfe tenus en mai dernier. Elle y a été classée cinquième (12,90 secondes).

Prémices d’un parcours ambitieux

Lors de la troisième série des éliminatoires des Championnats du monde d’athlétisme de 2022, Yasmeen Al-Dabbagh a terminé à la septième et dernière place, avec un temps de course de 13,21 secondes. Malgré la défaite, la coureuse saoudienne n’a pas baissé les bras.

Yasmeen Al-Dabbagh
.

« Ce n’est que le début, le meilleur est à venir. C’est la première fois que j’y participe et ce ne sera pas la dernière », commente la jeune femme, âgée de 24 ans. A cela, elle ajoute : « Le plus important, c’est le défi. Surtout lorsque vous jouez aux côtés de championnes internationales et olympiques comme la Jamaïcaine Elaine Thompson-Herah. C’est ça qu’il vous faut pour progresser ».

Un mois avant le Mondial qui s’est tenu à Eugène, Yasmeen a contracté la Covid-19. Elle a néanmoins refusé de faire de son état de santé un motif de défaite. Elle déclare : « Avoir attrapé le virus a certainement eu un impact sur mon entraînement et ma capacité à évoluer, mais cela est surmontable. Le championnat est d’une telle ampleur qu’il nécessite à la fois un entraînement intense et dur et des efforts de concentration permanents ».

Et de conclure : « Si Dieu le veut, les Saoudiennes participeront aussi à de tels tournois et championnats, quelles que soient les disciplines sportives, et elles poursuivront leurs rêves sans aucune crainte ».

Pour réaliser ses objectifs, Yasmine réside actuellement aux États-Unis où elle s’entraîne et mène des études universitaires. C’est elle qui incite ses compatriotes à s’engager dans le sport dans le but hisser le statut des Saoudiennes et celui de leur pays dans les manifestations sportives internationales.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email