Lire aussi

Maroc : les sports urbains se féminisent

« Fonder une école dédiée aux sports urbains », c’est cela le rêve de la rolleuse marocaine, Ibtissam Issofi. Cette dernière, a compris, bien assez tôt, la nécessité d’un tel établissement, pour encadrer les jeunes…

Joyce Azzam : Une Libanaise au sommet du monde

Joyce Azzam n’a pas choisi d’être alpiniste. « Cela s’est simplement fait ». Elle est la première femme libanaise et l’une des rares femmes arabes à avoir relevé le défi des 7 Sommets (Escalader les…

Yémen : Des handi-basketteuses en temps de guerre
A Sanaa, au Yémen, la situation humanitaire est catastrophique, et l’insécurité règne. Un pays ravagé par la guerre depuis 2014 où femmes et enfants représentent la grande majorité des déplacés. Mais malgré ce conflit qui dure, plusieurs femmes s’accrochent au sport comme seule échappatoire. Le fait qu’elles soient en situation de handicap n’entrave en rien leurs rêves.
Yemen
Photos Credits: MOHAMMED HUWAIS AFP

A Sanaa, il n’est pas surprenant de voir des femmes portant des t-shirts à manche longue jouer au basket, dribblant et se passant la balle alors que la foule les acclame. Des sportives dont le handicap n’a pas entravé la carrière sportive, dans un pays pourtant dévasté par la guerre. Leur passion c’est le basket et ni la guerre ni leur handicap ne les empêchera de la vivre pleinement.

Le Yémen connait la pire crise humanitaire du monde, selon les Nations Unies. La guerre qui ravage le pays entre dans sa septième année et elle a déjà causé le déplacement de plus de 4 millions de personnes. 20 millions de yéménites dépendent de l’aide humanitaire internationale.

Photo Credits: MOHAMMED HUWAIS – AFP

Plus de 80% des personnes déplacées à l’intérieur du pays sont des femmes et des enfants pris en tenaille entre les forces gouvernementales et les rebelles houthis. 

Mais cette crise humanitaire n’a pas empêché des équipes féminines locales de basket en chaises roulantes de continuer à s’entrainer et d’organiser des tournois. Des équipes qui portent comme nom « Al-Erada » (la volonté) ou encore « Al-Mustaqbal » (l’avenir). Elles étaient cinq à disputer le deuxième championnat local en décembre dernier. 

Amal Hizam, athlète handisport yéménite, est l’organisatrice du tournoi. « Si les Yéménites souffrent de la guerre, alors ceux qui sont en situation de handicap en souffrent deux fois plus » explique-t-elle.

Tahani Al-Omari, joueuse au sein de l’équipe Al-Erada dit quant à elle espérer qu’un jour, les athlètes handisports seront jugés pour leurs exploits et non plus pour leurs différences.  « Aujourd’hui, nous avons besoin de fauteuils roulants spéciaux pour jouer mais nous avons surtout besoin d’un soutien moral. Le sport nous permet aujourd’hui de nous changer les idées et de nous booster moralement ». 

Abdou Mohammed Zayed, qui entraîne ces équipes, partage cet avis et explique que l’objectif aujourd’hui est « de permettre à ces joueuses de montrer leurs capacités et leur créativité ». 

Amnesty International estime aujourd’hui à plus de 4 millions les personnes en situation de handicap au Yémen. L’inclusion par le sport est donc essentielle dans un pays où les femmes en situation de handicap subissent une double discrimination.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email