N°2 : Juillet – Décembre 2021
Lire le magazine en langue arabe

Lire aussi

Le sport

Le sport avec bébé à ses côtés

En raison du stress des premiers mois suivant l’accouchement, il est difficile pour certaines mères de sortir de chez elles. Liées par leurs obligations maternelles, elles ont rarement le temps de s’exercer. Leur santé, aussi…

Madawi Al-Shammari

Au Koweït, une sprinteuse qui promet monts et merveilles

C’est la première femme sportive koweïtienne à représenter son pays dans la compétition d’athlétisme de la Ligue de diamant. La sprinteuse Madawi Al-Shammari a notamment participé au Championnat du monde de 2021, au Qatar, lors…

Joueuses binationales : un atout gagnant?

Les fédérations de football d’Afrique du Nord misent de plus en plus sur le recrutement de joueuses binationales évoluant en Europe. Un grand défi pour les pays européens qui luttent aussi pour retenir ces talents.

Maha Barghouthi

Maha Barghouthi : le handicap n’occulte pas les rêves

Le handicap de Maha Barghouthi, ancienne championne paralympique de tennis de table et actuellement secrétaire générale du Comité paralympique jordanien, ne l’a pas empêchée de relever des défis ni d’avoir une carrière sportive diversifiée et…

Yusra Mardini quitte les JO satisfaite de sa mission
La nageuse syrienne qui participait aux Jeux Olympiques de Tokyo vient de quitter la compétition n’ayant pas réussi à dépasser le premier tour du 100m papillon. Mais Yusra Mardini a réussi sa mission. Celle de porter la voix de plus de 80 millions de réfugiés dans le monde. Elle a tenu à adresser un message d’espoir au monde, tout en pratiquant le sport qu’elle aime et qui lui a sauvé la vie.
Photo by Oli SCARFF / AFP

C’était la deuxième participation aux Jeux Olympique pour la jeune nageuse de 23 ans. Les deux fois, Yusra concourrait sous la bannière de l’équipe olympique de réfugiés. La nageuse syrienne, qui vit désormais en Allemagne, est revenue à Tokyo avec le même rêve olympique qu’elle continue de vouloir exhausser malgré toutes les difficultés qu’elle a rencontrées dans la vie et dans l’eau.

« Je n’ai pas atteint mon objectif cette fois mais ma carrière ne fait que commencer. Je garde toujours en vue la prochaine étape », déclarait Yusra sur son compte Instagram, dès la fin de la compétition, en faisant allusion aux JO de Paris 2024.

L’histoire de Yusra avec la natation a commencé à Damas quand elle avait 4 ans. Elle qui a grandi dans une famille sportive avec un papa entraineur de natation, une maman naturopathe et des oncles tous nageurs. « Je pense que la natation était mon destin », disait la nageuse lors d’une interview en 2018.

Mardini a même disputé le championnat du monde en Turquie en 2012 pour la Syrie. Elle n’avait alors que 14 ans et c’était 3 ans avant son départ de Syrie à cause de la guerre qui ravage encore le pays.

L’été 2015, Yusra décide avec sa grande sœur Sara de quitter la Syrie. Leur amour pour la natation va leur sauver la vie ainsi que celles de dizaines de réfugiés qui étaient à bord de la même barque. En effet, la jeune fille et sa sœur n’hésiteront pas à se jeter à l’eau pour pousser le rafiot en train de couler avec à son bord une vingtaine de 20 migrants.

Elles vont nager pendant trois heures pour emmener la barque et les refugiés à bord, jusqu’à bon port. Elle continuera ensuite son périple jusqu’à Berlin où elle s’est installée.

Yusra raconte souvent son histoire car elle dit vouloir expliquer au monde entier que le sport lui a sauvé la vie. « La natation a donné un sens à ma vie et m’a aidée pendant ma période d’adaptation en Allemagne », explique la nageuse syrienne.

Après son périple pour fuir la guerre, commençait une nouvelle aventure, sportive cette fois. Yusra avait les yeux rivés sur Rio2016. Elle fut alors membre de la première équipe olympique de réfugiés dans l’histoire des JO. Même si l’idée d’être décrite comme réfugiée n’a pas été simple à accepter pour la jeune nageuse. Elle dit d’ailleurs que sa vision a changé quand elle est arrivée au Brésil pour les JO.

« Quand je suis arrivée en Allemagne, je n’aimais pas être désignée comme réfugiée. Mais tout a changé quand j’ai participé aux JO de Rio2016. Je me suis dit qu’il ne s’agissait plus de moi mais de millions de réfugiés que j’ai l’honneur de représenter. Je me suis dit, tu es là pour les sportives et les sportifs, tu es là pour nager avant tout ».

C’est après cette première participation olympique que Yusra a décidé de devenir la voix des réfugiés sur lesquels elle veut attirer l’attention, peu importe où ils vivent. Désormais elle défend leur cause et se bat pour leurs droits, ce qui lui a valu d’être nommée ambassadrice de bonne volonté du Haut-Commissariat des Nations unies pour les réfugiés en 2017.

Share on whatsapp
WhatsApp
Share on twitter
Twitter
Share on linkedin
LinkedIn
Share on facebook
Facebook
Share on email
Email