Lire aussi

Salma, la cavalière du désert

Salma, la cavalière du désert

En Arabie Saoudite, l’élevage de pur-sang arabes et la pratique de l’équitation demeurent des activités ancestrales. Néanmoins, rares sont les femmes qui osent monter à cheval… Salma, une cavalière d’origine franco-marocaine, est l’une de ces…

Football – Bahia el-Yahmidi ou la gloire de l’AS FAR

Avec la libération culturelle, l’empowerment au féminin se propage avec des femmes qui se lancent de plus en plus dans le leadership sportif. La Marocaine Bahia el-Yahmidi en est une figure proéminente. Après avoir obtenu sa licence du Centre National des sports Moulay Rachid de Salé, et enchaîné avec une année à l’ENS, pour approfondir ses compétences en pédagogie, celle qui a été majeure de sa promotion devient professeur de sport. Son ambition ne s’arrête pas ici puisqu’elle décide de se tourner aussi vers l’encadrement des filles qui se passionnent pour le football. Forte d’une longue expérience, Bahia devient responsable de la section féminine de foot de l’AS FAR.
Bahia el-Yahmidi
الباهية الياحمدي

Avec elle, l’équipe a remporté son premier titre lors du championnat marocain de la saison 2012-2013 et s’est qualifié pour la première édition de la Ligue des champions de la CAF. Entre 2013 et 2020 et au vu des efforts d’encadrement déployés par el-Yahmidi à cet effet, l’AS FAR remporte 8 fois la coupe du Trône féminine. Il ne subit qu’une seule défaite, lors de la finale de 2009, contre les dames du Wydad Atheltic Club.

Bahia multiplie les casquettes. Mère de famille, elle œuvre toujours à équilibrer vies personnelle et professionnelle, sans avoir à renoncer à l’une ou l’autre des deux voies. Son parcours n’a pas été sans embûches. Dès le début de sa carrière, elle a dû faire face aux préjugés de la société qui considère qu’un tel domaine est uniquement réservé aux hommes. Elle dénonce les mentalités conservatrices, propres à certaines familles qui n’acceptent souvent pas que leurs filles s’engagent dans une telle discipline et qui refusent de les inscrire dans des clubs de foot. Ces épreuves qu’elle a dû surmonter ne l’ont cependant pas empêchée de poursuivre son rêve, elle qui considère qu’occuper ce poste est passionnant. Il faut dire que c’est grâce au soutien financier du club qu’elle a réussi à relever le défi, celui de pourvoir aux besoins des joueuses.  

الباهية الياحمدي

Aujourd’hui et dans le but de former une génération bien encadrée, le centre sportif de l’AS FAR dispose d’un département de formation « sport-étude » et d’une cité résidentielle dédiée à celles qui, en parallèle de leur parcours académique, veulent pratiquer leur sport préféré. Tout se fait dans le respect du protocole défini par le club, pour améliorer le mode de vie et renforcer le système d’entrainement des filles qui y adhèrent. Un protocole qui mise davantage sur « l’assiduité et la discipline des joueuses que sur leurs compétences sportives », comme le souligne Bahia.

Après avoir brillamment pris part dans la CAN, une nouvelle opportunité s’offre au club. Il s’agit de la coupe du monde féminine de 2023, dont une éventuelle victoire de l’AS FAR pourrait rendre fiers ses supporters, comme ce fut le cas lors du Mondial 2022, au Qatar.  « Les joueuses du club sont persévérantes et disposent d’un avenir prometteur. Elles ont une vision déterminée de leur parcours, ce qui leur permet d’allier éducation et profession sportive, avec le soutien de leurs familles », constate Bahia.

الباهية الياحمدي

El-Yahmidi n’est pas née leader, elle l’est devenue. Ce qui a fait émerger ses talents en la matière, ce sont sa détermination et sa passion pour un sport qui manque pourtant de médiatisation et de soutien financier.

Twitter
Email
Facebook
LinkedIn
Pinterest