Lire aussi

Salma, la cavaliÚre du désert

Salma, la cavaliÚre du désert

En Arabie Saoudite, l’élevage de pur-sang arabes et la pratique de l’équitation demeurent des activitĂ©s ancestrales. NĂ©anmoins, rares sont les femmes qui osent monter Ă  cheval… Salma, une cavaliĂšre d’origine franco-marocaine, est l’une de ces


Ranya Squalli : la triple championne marocaine de surf

En trois jours de compĂ©tition, Ranya Squalli, 14 ans, est devenue triple championne du Maroc en surf, dans les catĂ©gories moins de 14 ans, moins de 16 ans et moins de 18 ans. La compĂ©tition Ă©tait rude mais la jeune surfeuse prodige a su s’imposer. Son couronnement n’est pas un hasard quand on connait l’histoire de la jeune surfeuse et sa dĂ©termination.
Ranya Squalli
Ranya Squalli

Lorsque Ranya n’avait que 12 ans en 2019, elle avait remportĂ© la seconde place aux championnats du Maroc dans la catĂ©gorie moins de 18 ans. Une premiĂšre participation dans un championnat national et dĂ©jĂ  une place sur le podium. Mais Ranya rĂȘve de la premiĂšre place et se donnera les moyens de l’atteindre.

Deux ans plus tard, le 26 septembre dernier, c’est Ă  Casablanca que la jeune surfeuse va montrer tout son talent. La compĂ©tition fut rude pourtant : « Je savais que ça allait ĂȘtre dur mais avec les entraĂźnements, j’étais en bonne condition physique et j’ai ainsi pu remporter la premiĂšre place en moins de 14 ans, moins de 16 ans et moins de 18 ans ainsi qu’une 4Ăšme place en open (toute catĂ©gorie d’ñge) ».

Une belle revanche pour la jeune surfeuse casablancaise qui triomphe aux championnats du Maroc Junior.

C’est sur les plages de Ain Diab, Ă  Casablanca, que Ranya s’entraine. C’est lĂ  que se trouve son Ă©cole de surf oĂč elle se rend quotidiennement. Son objectif, s’amĂ©liorer constamment pour s’imposer dans les diffĂ©rentes compĂ©titions. « Je m’amuse lorsque je m’entraine mais je rĂ©alise aussi que c’est vraiment un entraĂźnement. J’ai rĂ©ussi Ă  gagner grĂące Ă  cela mais aussi grĂące Ă  mon amour et ma passion pour le surf » raconte la jeune surfeuse.

Cette passion est nĂ©e quand Ranya avait Ă  peine 4 ans. La jeune fille Ă©tait asthmatique et les mĂ©decins avaient conseillĂ© Ă  sa famille de lui faire pratiquer un sport en contact avec l’eau. Ses parents l’ont alors encouragĂ©e Ă  faire du surf car la petite fille aimait beaucoup aller Ă  la plage. Dix ans plus tard, elle est triple championne du Maroc Junior.

AprĂšs cette consĂ©cration, la jeune surfeuse rĂȘve de s’imposer sur la scĂšne internationale. Elle rĂȘve de devenir championne du monde. Parmi ses modĂšles, Ranya cite la surfeuse amĂ©ricaine Caroline Marks. « J’essaie de faire comme elle, faire de mon mieux pour arriver Ă  son niveau. J’adore le surf, je ressens une libertĂ© quand je suis sur une vague et quand je remporte des prix en faisant ce que j’aime. C’est le rĂȘve ultime ».

Les dĂ©buts n’ont pourtant pas Ă©tĂ© faciles. Ayant commencĂ©e jeune et Ă©tant une fille, il y a eu beaucoup d’avis nĂ©gatifs autour d’elle. De plus, elle Ă©tait la seule fille de son club de surf et se sentait écartĂ©e par les garçons. Mais elle s’est accrochĂ©e


Ranya Squalli : la triple championne marocaine de surf

GrĂące au soutien de ses parents, Ranya Ă  poursuivre son rĂȘve : « avoir le soutien de ses parents, c’est important, sinon on peut perdre confiance en soi. Qu’ils soient derriĂšre nous, ça aide beaucoup », explique la jeune fille. « Je ne comprends pas pourquoi il y a cette idĂ©e selon laquelle ce sont les garçons qui surfent
 Beaucoup de filles sont de meilleures surfeuses que certains garçons. Il faut essayer avant de dire que c’est un sport de garçons. Ce n’est pas parce que l’on est une fille que l’on ne peut pas faire des compĂ©titions et remporter des prix. On peut faire mieux que les garçons ».

Ranya, triple championne du Maroc Ă  14 ans, est justement la preuve qu’une fille peut non seulement surfer mais exceller dans cette discipline. C’est un modĂšle inspirant pour les filles de sa gĂ©nĂ©ration et les remarques dĂ©sobligeantes n’ont jamais atteint l’ambition de la jeune surfeuse.

« Un jour, je surfais avec des amis de l’école et on a aperçu au loin, des personnes qui se noient
 Les 7 coachs sont partis pour leur apporter de l’aide, mais il y avait une douzaine de personnes en difficultĂ©. Je me suis alors jetĂ© Ă  l’eau pour aider, et j’ai pu sauver un garçon de 16 ans
 pourtant je suis bien une fille non ?», raconte Ranya qui prĂ©fĂšre les gestes aux mots.

La championne marocaine va bientĂŽt participer aux championnats d’Europe, ainsi qu’aux Championnats du Monde junior qui auront lieu au Salvador entre mars et mai 2022. Elle vise le podium et aimerait rentrer avec un trophĂ©e. C’est tout le mal qu’on lui souhaite.

Twitter
Email
Facebook
LinkedIn
Pinterest